La Cour des Comptes et les abattoirs - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/01/2011 à 12h19 par Tanka.


LA COUR DES COMPTES ET LES ABATTOIRS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La Cour des Comptes et les abattoirs

Le ministère de l'Agriculture vient encore de se faire taper sur les doigts à cause des abattoirs. Pour une fois le coup de règle ne vient pas de Bruxelles mais de la Cour des Comptes. L'an dernier, déjà, trois inspecteurs européens avaient piqué un coup de sang à cause de l'état de nos abattoirs.

Surtout en constatant que rien n'avait changé depuis que la France s'était fait remonter les bretelles à ce sujet, quatre ans plus tôt. Bis repetita avec la Cour des Comptes, qui a remis au ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, un rapport saignant.

On y apprend par exemple que 35 % des abattoirs de volailles sont «non conformes».

Mieux, que 41 % des abattoirs de boucherie sont hors des clous et que 5,8 % d'entre eux «pourraient se voir retirer leur agrément».

Dit autrement, 13,9 % de la viande fraîche sortent tout droit d'abattoirs en «situation sanitaire préoccupante». Déjà, en 2006, huit chambres régionales avaient tapé du poing sur la table. «La situation s'est encore dégradée depuis lors» et les recommandations de la Cour «n'ont été que partiellement mises en oeuvre».

Le rapport égratigne aussi le manque d'enthousiasme de la Direction Générale de l'Alimentation à sanctionner les abattoirs : «la DGAL n'a pas été en mesure de préciser le nombre de fermetures administratives, de suspensions et de retraits d'agrément, de procès-verbaux dressés... »

Tout ça est d'autant plus fâcheux que, dans un abattoir pas très net, une carcasse a vite fait de se tartiner d'Escherichia coli, une bactérie responsable de gastro-entérites carabinées.

Au passage, la Cour s'étonne de la décontraction avec laquelle le ministère de l'Agriculture a distribué les indemnités pour les moutons terrassés il y a deux ans par la fièvre catarrhale ovine. Pour toucher la prime, les éleveurs n'avaient pas à prouver que l'animal était mort de ladite fièvre...

Au total, 73 millions d'euros ont été versés en 2008 et en 2009. En plongeant son nez dans les dossiers d'un seul département, la Cour a constaté que 10 à 15 % d'entre eux n'étaient pas justifiés. Et de préciser pour la bonne bouche : « L'aide instituée n'a aucune visée sanitaire et s'apparente à une aide économique » C'est ce qui s'appelle régler ses comptes...

Le Canard Enchaîné N° 4698 du 10 novembre 2010. Source

L'article ne dit pas quel est le département où près de 11 millions d'euros ont été versés aux éleveurs pour des indemnités non justifiées, et c'est dommage. Le critère retenu par la Cour des Comptes, pour justifier d'une indemnisation, semble être de devoir prouver que l'entité source de l'indemnisation est bien la cause du décès. Serait-ce une manière de se faire rembourser des "pertes" sur le dos du contribuable?

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : Le Canard Enchaîné

Source : www.buvettedesalpages.be