La couche d'ozone ne se recréera pas avant 2075 - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/10/2009 à 21h29 par Tanka.


LA COUCHE D'OZONE NE SE RECRÉERA PAS AVANT 2075

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La couche d'ozone ne se recréera pas avant 2075

Information recueillie par Tanka.

Il faudra attendre 2050 pour que le niveau global d'ozone (O3) dans l'atmosphère [1] revienne à celui des années 80, et nous devrons patienter jusqu'en 2075 pour la zone Antarctique en particulier.

Telles sont les estimations de la Agencia Estatal de Meteorologia (AEMET) [2], l'agence météorologique du ministère espagnol de l'environnement et du milieu rural et marin [3], qui ont été rendues publiques à l'occasion de la Journée internationale pour la préservation de la couche d'ozone. Cette journée a été célébrée sous la devise " Participation universelle : la protection de l'ozone unifie le monde ".

Il s'agit en fait de la commémoration de la signature du Protocole de Montréal en 1987, qui avait pour objectif l'élimination des substances destructrices de la couche d'ozone. Même si cet objectif a été atteint, le " trou de la couche d'ozone " n'a toujours pas disparu car les composés toxiques persistent longtemps dans l'atmosphère. L'AEMET prévoit donc, pour les vingt prochaines années, la poursuite de la formation de trous d'ozone identiques à ceux que l'on observe ces dernières années.

Pour donner un ordre d'idée, le trou d'ozone mesurait 29 millions de km2 en 2006, 25 millions en 2007, et 27 millions de km2 en 2008. Les premières données de 2009 constatent une destruction plus précoce que les autres années, ce qui augure un trou d'ozone 2009 encore plus grand que celui de l'an passé.

--

[1] Couche d'ozone (ozonosphère) : partie de la stratosphère contenant une quantité relativement importante d'ozone (un pour 100.000 environ). Elle a pour effet d'absorber la plus grande partie du rayonnement solaire UV, qui est dangereux pour les êtres vivants. A la fin des années 70, des recherches scientifiques en Antarctique ont mis en évidence une diminution périodique de l'ozone dans cette région polaire : le " trou d'ozone " qui se forme au printemps (à la fin de la nuit polaire) et s'agrandit pendant plusieurs mois avant de se réduire. Il existe également une perte d'ozone en Arctique mais qui, du fait des températures de 15 à 20 °C inférieures à celles de l'Arctique, est moins importante.

[2] L'AEMET contribue à la surveillance mondiale du trou de la couche d'ozone grâce à son réseau de spectrophotomètres installés à La Coruña, Madrid, Zaragoza, Murcia, Izaña, Santa Cruz de Tenerife et El Arenosillo, mais aussi grâce à des sondages d'ozone dans les stations de Madrid et Santa Cruz de Tenerife.

[3] Ministerio de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino