La conférence de Doha accouche d'un accord à minima (suite) - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/12/2012 à 17h59 par mich.


LA CONFÉRENCE DE DOHA ACCOUCHE D'UN ACCORD À MINIMA (SUITE)

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La conférence de Doha accouche d'un accord à minima (suite)

 

Un accord à l'arraché, donnant naissance à l'acte II de Kyoto, a finalement été trouvé pour lutter contre le réchauffement climatique, ce samedi 8 décembre, à Doha au Qatar. Après 15 jours de débats, la conférence de l'ONU sur le climat s'est donc conclue en début de soirée, soit 24 heures plus tard que prévu.

La conférence s'est conclue sous les applaudissements des délégations. Un enthousiasme qui contraste avec une assistance clairsemée à cause du jour et de l'heure de la clôture. Quarante ministres africains étaient notamment déjà partis.

Un enthousiasme qui ne reflète pas non plus le contenu a minima de l'accord. Par exemple, sur les financements pour aider les pays les plus vulnérables à s'adapter aux conséquences des changements climatiques. Il n'y a rien de neuf. La perspective virtuelle de mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 avait déjà été adoptée en 2009 à Copenhague.

Avec en plus, ici à Doha, l'introduction d'un article qui fait débat : il stipule que ces engagements financiers seront honorés quand les circonstances financières des pays le permettront. Pour l'Alliance des petits Etats insulaires, cet article imposé par les Etats-Unis est pervers.

Tentative de blocage

Mais cet accord n'a failli jamais voir le jour. Au moment où la présidence qatarienne a annoncé la clôture de la conférence avec l'accord, l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan, soutenus par la Russie, ont voulu bloquer le processus à cause d'une disposition un peu technique qui va limiter leur stock de crédit carbone. Les Etats-Unis aussi, par la voix de leur négociateur, ont fait part de certaines réticences.

Mais l'heure avançant, la présidence qatarienne est passée en force. On peut donc regretter la faiblesse du niveau d'ambition de cet accord. Doha ne restera pas dans les annales des changements climatiques comme la conférence qui a changé la donne.

 

Un article de rfi.fr avec Anne-Cécile Bras, envoyée spéciale à Doha, relayé par SOS-planete

 

Climat : après le maigre accord de Doha, les négociations tournées vers 2015 (AFP)

 

Dans un coup d'éclat, le Qatar fait adopter l'accord sur Kyoto 2

 

Accord de pure forme à Doha

 

Le changement climatique anthropique

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Anne-Cécile Bras, envoyée spéciale à Doha

Source : www.rfi.fr