La chasse aux plantes mutées passe par Mansle - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/03/2011 à 21h30 par Jacques.


LA CHASSE AUX PLANTES MUTÉES PASSE PAR MANSLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Le collectif charentais Vigilance-OGM tenait son assemblée générale à Mansle. Plantes mutées, étiquetage «non-OGM», la lutte continue pour André Puygrenier.

Le collectif Vigilance-OGM ne baisse pas la garde. Fort de plus d'une centaine de membres et d'une douzaine d'associations, il tenait son assemblée générale vendredi soir à Mansle.

Après la chasse aux cultures génétiquement modifiées des années 90, après les vérifications dans les champs en 2007, l'année où les semis étaient autorisés, pas question pour le président André Puygrenier de lever le pied.

Avec le moratoire décidé sur les cultures OGM au lendemain du Grenelle de l'environnement, vous n'avez plus de raison d'être...

André Puygrenier. Ce serait bien, mais ce n'est pas le cas. Depuis deux ans, nous axons notre réflexion sur les pesticides. Nous constatons aujourd'hui l'apparition en grandes cultures de plantes mutées qui supportent les herbicides.

La mise au point de ces nouvelles techniques de mutation génétique n'est pas prise en compte par la directive européenne. À nous d'informer sur les risques encourus.

Quels sont ces risques?

Les herbicides sont absorbés par les plantes. On retrouve des résidus dans la chaîne alimentaire. Il y a aussi une atteinte à l'environnement avec la contamination par le pollen et la décomposition des plantes à long terme.

Quelles sont les plantes concernées?

On a déjà des tournesols mutés en Charente. Dans les semaines qui viennent, on va avoir du colza muté. Il y a une quantité de plantes de la même famille que le colza qui risquent d'être contaminées. On court à la catastrophe.

Précisez...

L'accoutumance de ces plantes aux herbicides va entraîner des traitements de plus en plus importants. C'est une fuite en avant.

Quels sont vos moyens pour lutter?

L'information. On n'a pas d'autre choix face à la stratégie des grandes firmes qui avancent cachées. Le terme «mutée» n'est jamais employé. On dit: variété tolérante aux herbicides.

Comment joindre les agriculteurs pour contrecarrer la publicité des industriels? C'est compliqué. On aimerait que les services techniques de la chambre d'agriculture nous épaulent. Il y a urgence avant la prochaine campagne de colza.

D'autres combats?

On demande le repérage du non génétiquement modifié, une traçabilité sur les produits issus des animaux nourris aux tourteaux importés. Aujourd'hui, Angoulême, La Couronne, la communauté de communes de Ruffec demandent aux fournisseurs des cantines scolaires une garantie de nourriture non-OGM.

Les poulets de Loué ont devancé l'appel. C'est un début. Il faut aussi que le consommateur ait la possibilité de savoir. Ça ne peut se faire que par un étiquetage «sans OGM» et pas seulement au coup par coup.

 

Notre dossier OGM

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Sylviane Carin

Source : www.charentelibre.fr