La brume sèche de pollution d'Indonésie inquiète l'Asie du sud-est - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/08/2009 à 13h57 par Michel Walter.


LA BRUME SÈCHE DE POLLUTION D'INDONÉSIE INQUIÈTE L'ASIE DU SUD-EST

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La brume sèche de pollution d'Indonésie inquiète l'Asie du sud-est

Information sélectionnée par Michel

(Par Sandra BESSON)

La brume sèche de pollution d'Indonésie inquiète l'Asie du sud-estLa brume sèche de pollution d'Indonésie inquiète l'Asie du sud-est
La brume sèche de pollution d'Indonésie, provoquée notamment par les feux de forêt et qui réduit considérablement la visibilité, est un véritable problème international et inquiète passablement les pays d'Asie du sud-est.

L'Indonésie semble décliner toutes les propositions faites par les autres pays d'Asie du Sud-est pour aider le pays à faire cesser la brume sèche de pollution qui réduit considérablement la visibilité dans le pays, laissant ainsi la région dans des ciels de plus en plus sombres et embrumés, en conséquence du phénomène climatique El Nino.

S'inquiétant de l'impact potentiel de ce phénomène de brume sèche de pollution, les ministres de l'environnement de la région se sont réunis mercredi à Singapour pour discuter des façons de limiter cette brume, qui a coûté près de 9 milliards de dollars au tourisme de la région, aux transports et à l'agriculture lors du phénomène El Nino 1997-1998.

« Reconnaissant que la situation sera plus sèche que la normale, les ministres se mettent d'accord pour dire qu'il faut se préparer au pire et faire ce que l'on peut » pour faire cesser cette brume sèche de pollution, d'après ce qu'a déclaré le Ministre de l'Environnement de Singapour, Yaacob Ibrahim lors d'une conférence de presse après une réunion d'un jour dans la ville-Etat.

Une brume épaisse flotte en permanence au dessus des villes telles que Singapour, Kuala Lumpur et Hat Yai en Thaïlande, réduisant ainsi la visibilité et causant de nombreux problèmes de santé

Singapour, la Malaisie, Brunei et la Thaïlande ont proposé leur aide à Jakarta pour combattre les débuts d'incendie mais n'ont pas donné de détails concernant des financements concrets ou des mesures telles que le transfert de pompiers dans les régions.

Interrogé lors d'une conférence de presse pour savoir si d'autres membres de l'Association de Nations d'Asie du Sud-Est (ASEAN) avaient proposé à l'Indonésie leur aide pour lutter contre les incendies, le Ministre d'Etat indonésien pour l'environnement, Rachmat Witoelar n'a pas souhaité répondre.

Mais d'après Yaacob Ibrahim, aucune discussion de ce genre n'a eu lieu. « L'Indonésie a exprimé sa gratitude pour cela et nous attendons le signal de l'Indonésie pour se mobiliser » a-t-il précisé.

Les ministres et les principaux responsables des cinq pays ont accepté d'interdire tout incendie ouvert et de suspendre les permis autorisant l'incendie dans des régions déjà sujettes au feu, mais les efforts du pays pour limiter les incendies qui conduisent à une pollution internationale restent très limités.

Le regroupement régional d'ASEAN a une politique de non interférence dans les affaires internes de ses membres et est considéré par certains comme un salon de discussion et non d'action.

Les feux de forêt arrivent fréquemment pendant la saison sèche dans les régions indonésiennes telles que Sumatra et Bornéo, mais la situation a été aggravée ces dernières décennies alors que les agriculteurs, les producteurs d'huile de palme et de papiers provoquent volontairement des incendies pour nettoyer des terres.

En conséquence, une brume épaisse flotte en permanence au dessus des villes telles que Singapour, Kuala Lumpur et Hat Yai en Thaïlande, réduisant ainsi la visibilité et causant de nombreux problèmes de santé. Les ministres affirment que l'Indonésie a fait des progrès ces trois dernières années pour réduire les incendies.

Les groupes de protection de l'environnement indonésiens ont déclaré que le gouvernement du président Yudhoyono devrait placer la protection de la forêt au sommet de son agenda politique, dans la perspective d'un sommet international à Copenhague en décembre ayant pour but de conclure un nouveau traité mondial de lutte contre le changement climatique.

« Chaque jour, de nouvelles parties de forêt et de tourbière sont détruites, brûlées et nettoyées par le climat et des criminels, ce qui conduit à une augmentation exponentielle des émissions de gaz à effet de serre qui sont à l'origine du changement climatique » indique Greenpeace dans un communiqué.

La brume sèche est une réduction de la visibilité par des particules hygroscopiques microscopiques suspendues dans l'air et qui donnent une visibilité réduite dans de l'air non saturé de vapeur d'eau. Elle se distingue du brouillard par sa teinte bleuâtre ou jaunâtre.