La biosphère menacée - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2012 à 21h24 par Mich.


LA BIOSPHÈRE MENACÉE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La biosphère menacée

 

Deux études publiées le 7 juin dans la revue “Nature” sur l'état écologique de la planète ont révélé l'ampleur des pressions faites par l'Homme sur la planète. Des chercheurs venus du monde entier y ont expliqué que depuis l'ère de l'Homo Sapiens, l'être humain a détérioré avec rapidité la biosphère, indispensable pour la vie de l'être humain.

La biosphère regroupe à la fois toutes les espèces vivantes et leurs milieux sur la Terre. La pollution croissante a favorisé le réchauffement climatique, mais aussi l'altercation d'une partie de l'écosystème. Les principales pressions humaines sont la hausse démographique et la consommation effrénée des ressources ainsi que « la transformation et la fragmentation des habitats naturels ».

Fait aggravant, la détérioration de l'environnement conduira plusieurs millions de personnes à ne pas avoir d'eau, ni d'aliment pour se nourrir. D'autant plus que 43% des écosystèmes terrestres sont aujourd'hui altérés, car utilisés pour subvenir aux besoins des 7 milliards d'habitants de la Terre, a expliqué “Le Monde”.

Un signal d'alarme

Associant biologistes, écologues, géologues et paléontologues de trois continents, les études comparent l'évolution des impacts sur l'environnement jusqu'à nos jours. A moins de dix jours de l'ouverture du sommet mondial Rio+20 consacré au développement durable, et après les nombreuses publications des institutions internationales, les dirigeants du monde devront prendre en considérations les études menées pour éviter de tuer la planète et de fait, l'Homme.

D'après la revue “Nature”, lorsque « 50 à 90% des petits écosystèmes sont altérés, l'ensemble du réseau des écosystèmes risque de sombrer dans un nouvel état caractérisé en particulier par l'extinction des espèces. Et lorsque ce changement a lieu, il est généralement irréversible ». Si les dirigeants ne mettent pas en place une gouvernance mondiale de l'environnement, le seuil des 50% d'écosystèmes altérés sera atteint d'ici à 2025.

De fait, l'approvisionnement alimentaire de la population mondiale sera menacé, car les régions "greniers à grains" ne pourraient plus assurer une production suffisante, ni assurer des élevages suffisants de bétail. De plus, plus de 600 millions de personnes pourront mourir de soif.

L'auteur principal, Anthony Barnosky, professeur à l'Université de Californie à Berkeley, a préconisé l'arrêt de tous les modèles de croissance non durable et le gaspillage des ressources naturelles, soulignant que « l'effondrement n'est pas inévitable ».

En effet, les chercheurs ont fait état de la disparition de près de 90% des espèces vivantes depuis 200.000 ans, contribuant à l'altercation de l'environnement. Chaque espèce, végétale et animale, a un impact dans l'environnement, la destruction de celle-ci entraine la destruction d'autre espèce et ainsi de suite, remettant en cause tout l'écosystème.

Par exemple, la hausse des émissions de gaz à effet de serre n'a pas seulement bouleversé le climat, avec la hausse des températures, l'élévation du niveau des océans ou encore l'intensification des catastrophes naturelles, elle a également altéré les océans, devenus plus acides, tuant ainsi des milliers d'espèces végétales et animales.

La biodiversité se détériore

Les atteintes à la biodiversité sont nombreuses, parmi elles les menaces sur 20 % des espèces vertébrées, le recul des habitats naturels pour faire place à l'agriculture, elle-même, est attaquée par l'urbanisation. L'étude menée par Bradley Cardinale et 17 autres scientifiques met en évidence le rôle crucial de la diversité biologique dans le fonctionnement des systèmes. En effet, la protection et préservation de la biodiversité est essentielle au développement durable.

Mais une partie de celle-ci a été endommagée, « la perte de biodiversité endommage la stabilité et le fonctionnement des écosystèmes, réduisant ainsi leur capacité à nous fournir des services auxquels nous sommes habitués » ont indiqué les chercheurs. La dégradation de la biodiversité altèrera entre autres, la pêche et l'agriculture. Ainsi que l'oxygène qu'elle fournit, vital pour l'être humain, l'épuration et le cycle de l'eau ou encore la régulation climatique, qui permet d'avoir des saisons.

 

Un article de Céline Tabou, publié par temoignages.re

 

Afficher la Source

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Céline Tabou

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • biosphère