La biologie synthétique inquiète - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/03/2012 à 23h57 par Mich.


LA BIOLOGIE SYNTHÉTIQUE INQUIÈTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La biologie synthétique inquiète

Craig Venter, le père de la biologie synthétique. Homme d'affaires !

 

“Une forme extrême d'ingénierie génétique”. C'est ainsi qu'ont qualifié la biologie synthétique les 111 organisations (environnementalistes, lanceurs d'alerte...) qui ont appelé à un moratoire sur certaines recherches dans ce domaine, mardi 13 mars 2012.

Le Woodrow Wilson International Center for Scholars lance ainsi une consultation publique sur les impacts sociétaux de la biologie synthétique. Les questions posées concernent également le droit et l'éthique. Cette prise de position se manifeste aussi par des recommandations regroupées au sein du Synthetic Biology Project.

Dans l'ensemble, il s'agit de demander la création d'une véritable “gouvernance” de la biologie synthétique afin de contrôler le développement des nouvelles technologies permettant de fabriquer ou de reconstruire des organismes vivants destinés à la recherche et aux applications commerciales dans toute une série de domaines allant de la médecine à la production de biocarburants.

Demande d'interdiction pour le génome humain

En fait, le groupe qui rassemble des organisations telles que ETC Group and Friends of the Earth, a pour objectif l'interdiction de la manipulation du génome humain ou de celui de microbes. Il demande également la publication de la nature des organismes synthétiques créés et des procédures de contrôle appliquées pour protéger le personnel et l'environnement.

En attendant que de telles mesures soient prises, le groupe réclame un moratoire sur la réalisation et l'utilisation commerciale des organismes provenant de la biologie synthétique.

Une commission américaine minimise les risques

Cette position s'oppose aux conclusions d'une commission de bioéthique constituée par Barak Obama en mai 2010, après la publication par Craig Venter au sujet de l'introduction d'un génome synthétique dans une cellule capable de se reproduire, et qui a rendu ses conclusions en décembre 2010.

Les 13 membres de la commission avaient alors conclu que la biologie synthétique ne posait pas encore de problèmes en matière d'environnement et de santé publique. Amy Gutmann, président de l'université de Pennsylvanie et co-président de cette commission avait alors déclaré: “Les bénéfices à venir de cette technologie et l'engagement de notre pays en faveur de la liberté intellectuelle suggèrent de ne pas déclarer de moratoire. Aucune nouvelle agence ou nouvelles lois ne sont nécessaires”.

La commission avait alors publié 18 recommandations visant le dialogue et la surveillance. A l'époque, certains experts comme George Church, de l'université d'Harvard, avaient exprimé leur inquiétude en particulier envers les amateurs qui pratiquent la biologie synthétique dans leur garage en estimant qu'ils devaient être contrôlés.

La commission avait répliqué que ces amateurs étaient loin d'être en mesure de créer des organismes capables de se reproduire.

Brent Erickson, de l'organisation des industries biotechnologiques, a qualifié d'absurde cette demande de moratoire. “Avec son ton et son manque d'objectivité, je ne pense pas qu'elle soit vraiment utile pour les hommes politiques et le public”, a-t-il déclaré.

Pour lui, la biologie synthétique n'est que le nouveau nom et une simple évolution des biotechnologies qui se pratiquent depuis des décennies. S'il admet que la réglementation actuelle peut avoir besoin d'une mise à jour, “ce n'est pas comme si nous n'avions pas d'expérience vis à vis de tels organismes”, a-t-il souligné. “Il y a beaucoup de précautions prises”.

Mission d'évaluation tous les trois ans

En France, le gouvernement a créé le site Biologie de Synthèse en 2011 pendant les travaux de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologique (OPECST) qui a rendu, le 15 février 2012, le rapport élaboré par la députée socialiste Geneviève Fioraso sur la biologioe synthétique. Cette dernière plaide pour une développement volontariste de la France dans ce domaine, avec le soutien de la recherche publique.

Elle recommande de “procéder, tous les trois ans, dans le cadre d'une mission d'évaluation de l'OPECST, à l'examen de ces mécanismes d'analyse et de maîtrise des risques, en vue éventuellement de recommander des adaptations de la réglementation. Cette mission d'évaluation récurrente de l'OPECST devraitêtre inscrite dans la loi pour garantir sa régularité”. Pas question, pour l'instant, d'élaborer une législation particulière. Pas d'appel, non plus, à un quelconque moratoire.

En revanche, la députée estime nécessaire “d'organiser des débats publics en concertation avec l'ensemble des parties concernées (scientifiques de la BS et des SHS, politiques, instituts derecherche, Europe, ONG, entreprises, syndicats...), ainsi qu'à intervalles réguliers, des conférences des citoyens, pour tenir compte des évolutions de la biologie synthétique”.

Ces débats publics devront avoir un objectif clair et honnête, si possible. S'agit-il de convaincre les foules ignorantes des bienfaits de la biologie synthétique ou bien veut-on informer le public afin qu'il puisse forger sa propre opinion ?

Faute d'avoir choisi le premier objectif tout en feignant de viser le second, le débat public sur les nanotechnologies a été un fiasco. Mais, opter clairement pour l'information du public impose de ne pas avoir pris de décision avant de connaître son opinion après information. Or, souvent, rien n'est prévu pour connaître cet opinion...

 

Un article de Michel Alberganti, publié par blog.slate.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Michel Alberganti

Source : blog.slate.fr