Le rover chinois Yutu-2 a repéré un cube étrange sur la Lune. 3 mois nécessaires pour l'atteindre !

La biologie de synthèse, entre sciences et société - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/12/2012 à 12h26 par mich.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La biologie de synthèse, entre sciences et société

 

« Avec la biologie de synthèse, vous avez un avantage,
c'est que le grand public pour le moment ne connaît pas. »

D. Raoul, Sénateur, Vice-président de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques

Annexe au Rapport de février 2012, Les enjeux de la biologie de synthèse

Préparer l'acceptabilité des « OGM de demain », dès aujourd'hui au CNAM

Aujourd'hui, 4 décembre 2012, se tient au CNAM une conférence organisée par le Génopole®, centre de recherche en génomique qui vise à « favoriser l'essort des biotechnologies », et l'Institut Francilien Recherche Innovation Société (IFRIS), qui réunit plus de 1000 chercheurs en sciences sociales qui étudient les sciences, les technologies et leur contestation.

Cette bande de tristes lurons passera la journée à mijoter le prochain ravage bio-industriel : la biologie de synthèse. Ce mariage transgénique entre monde biotech et sciences sociales profitera du soutien de Geneviève Furioso, « Miss(nistre) Dollars » de la recherche. La pasionaria du nucléaire et des nanotechnologies ajoutera toute son ardeur personnelle à ces cogitations de synthèse qu'ils nous régurgiteront d'ici peu. Mais, à 120 euros l'entrée, la recette est encore bien gardée.

« Biologie de synthèse », de quoi s'agit-il ?

On sait qu'avec les OGM, l'industrie a appris à intervenir sur le code génétique d'un organisme existant pour le doter d'une fonctionnalité donnée – rendre un maïs résistant à un pesticide par exemple. On sait qu'avec les développements conjoints de l'informatique et des nanotechnologies, elle se dote de moyens toujours plus puissants pour agencer la matière, construire des objets et traiter des informations à l'échelle du nanomètre.

La suite logique, pour aller vite, c'est la biologie de synthèse, soit rien de moins que ce que son nom indique : par croisement de l'ingénierie génétique, des nanotechnologies et de l'informatique, ingénieurs et techniciens peuvent maintenant synthétiser ex-nihilo un code génétique entièrement nouveau. Autrement dit : programmer un ordinateur pour donner vie à des choses artificielles, des organismes vivants qui n'ont rien à voir avec ce que crée la nature.

Et puisqu'ils le peuvent, ils le font. Oublions la référence romantique au monstre de Frankenstein. Ceux du XXIe siècle seront innombrables et minuscules, et sans doute bien plus réels : virus synthétiques, bactéries-machines, nano-robots à hélice d'ADN.

Avec les promesses d'un « progrès » techno-écolo, les profits seront juteux et les ravages certains. Arrivent les nouveaux OGM et la privatisation du vivant, les bactéries génétiquement modifiées relâchées dans la nature comme pseudo-solution environnementale aux saccages industriels, et le tout avec des codes ADN nouveaux pour nous assurer que ces organismes-machines ne se mélangeront pas avec les autres êtres vivants.

« Et si ça se mélange quand même ? », demandez-vous. Oui, ça fait peur. Mais, comprenez la logique : les dégâts, c'est la ressource du progrès de demain.

Vous ne connaissez pas encore la biologie de synthèse ? C'est normal, ses promoteurs nous y préparent très en avance.

N'ayez crainte, ils sont quelques dizaines réunis aujourd'hui à veiller à votre ignorance. Car si ces machines-vivantes n'ont pas encore envahi nos vies biologiques et politiques, les sociologues de l'IFRIS préparent déjà leur acceptabilité sociale. Parce qu'ils ont échoué avec les OGM, cafouillé avec les nanos, il serait terrible pour nos techno-furieux de reculer à nouveau sur la biologie de synthèse.

Et, c'est bien pourquoi le gratin techno-scientifique se réunit aujourd'hui : l'anticipation facilite l'acceptation, affaiblit les résistances et prépare l'invasion de la dernière innovation dont nous n'avons ni besoin, ni envie. Cette canaille interdisciplinaire étudie les précédentes oppositions aux technologies, afin de repérer leurs failles et de les exploiter pour nous faire avaler le poison.

Ils nous préparent une fois de plus des pseudo-débats publics dans le seul but de nous acclimater à la biologie de synthèse. Ils nous diront évidemment qu'il n'y a pas de risque-zéro (mais, bien sûr, « sans risque, pas de progrès ») et nous barbouilleront d'éthique. Avec un peu de chance, ils nous offriront même un atelier de « biologie de garage » : des bactéries synthétiques ludiques et participatives pour nous faire oublier que demain, c'est celles de Monsanto qui nous seront imposées.

Vous, là-dedans ! Nous n'avons ni question, ni incertitude. Notre position est déjà figée : nous n'acceptons pas.

John Kaltenbrunner
Paris, 4 décembre 2012

 

Un article de Atenco, publié par blogs.mediapart.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de  

SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Atenco

Source : blogs.mediapart.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter mich
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.