La bactérie Alteromonas, clé du cycle du carbone des océans ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/05/2014 à 21h54 par Exo007.


LA BACTÉRIE ALTEROMONAS, CLÉ DU CYCLE DU CARBONE DES OCÉANS ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La bactérie Alteromonas, clé du cycle du carbone des océans ?

Le lien entre hydrosphère et atmosphère est étroit, et c'est à l'interface des océans et de l'air que s'échangent d'abondantes quantités de gaz, notamment de dioxyde de carbone. Ces quantités dépendent notamment des écosystèmes marins,
eux-mêmes liés à l'activité d'une bactérie, Alteromonas

 

Les scientifiques pensaient que la décomposition du carbone organique dissous dans les océans était possible grâce à la complémentarité des espèces microbiennes. Pas forcément. Une seule bactérie, du genre Alteromonas, est capable de digérer le carbone sous toutes ses formes organiques, et contribue ainsi grandement à son cycle dans les océans, en libérant une partie sous forme de CO2 et en stockant le reste pour les autres maillons de la chaîne alimentaire.

Océans et atmosphère sont en communication permanente. Chaque année par exemple, ils échangent des dizaines de milliards de tonnes de dioxyde de carbone. Ces flux dépendent entre autres fortement du cycle du carbone sous-marin, résultant aussi du fonctionnement des écosystèmes, qui le transforment, le stockent et le rejettent.

D'abord, le phytoplancton l'utilise pour vivre et se multiplier. Lors de ces processus, une partie du gaz carbonique capté est métabolisé et utilisé pour former des molécules carbonées organiques, dont une fraction est relâchée dans l'océan.

(...)

Ce processus joue donc un rôle dans la façon dont le carbone est stocké dans les océans. Mais les mécanismes qui se déroulent à l'échelle microscopique ainsi que la contribution précise de chacun des acteurs demeurent néanmoins très mal connus.

(...)

 


Ce schéma fait état des échanges de CO2 entre l'atmosphère et les océans. Le bilan carboné est stable. Les chiffres sont exprimés en milliards de tonnes de carbone par an

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Janlou Chaput, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : Janlou Chaput

Source : www.futura-sciences.com