L'UE continue de lutter pour la réduction des expérimentations animales - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/11/2009 à 22h43 par Philippe BOISSEAU.


L'UE CONTINUE DE LUTTER POUR LA RÉDUCTION DES EXPÉRIMENTATIONS ANIMALES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'UE continue de lutter pour la réduction des expérimentations animales

Information sélectionnée par Phil'

Insuffisant !

Le présent débat fait état d'une quête morale visant à éradiquer toute souffrance inutile, mais le problème est que toute souffrance animale est inacceptable : elle n'a pas à être utile ou inutile.

En posant ainsi les termes de ce débat hypocrite, l'Europe laisse comme à l'accoutumée la porte grande ouverte à l'expérimentation animale, faisant ainsi la part belle aux géants de l'industrie pharmaceutique.

Nous n'en sommes cependant guère étonnés...

À l'occasion d'une conférence organisée aujourd'hui à Bruxelles, en Belgique, le vice-président de la Commission européenne Günter Verheugen et le commissaire en charge de la science et de la recherche Janez Potocnik ont réitéré l'engagement de l'UE à réduire les expérimentations animales.

Des représentants industriels étaient aussi présents lors de la conférence, qui a eu lieu dans le cadre du partenariat européen pour la promotion des méthodes de substitution à l'expérimentation animale (EPAA).

L'EPAA a été créé en 2005 et constitue une collaboration sans précédent entre la science et l'industrie pour réduire la souffrance animale dans les tests scientifiques.

Les objectifs de l'EPAA sont basés sur la politique des «3R» (Replacing, Reducing and Refining, en français remplacement, réduction et perfectionnement).

Pour pouvoir développer cette nouvelle approche, la Commission européenne et les compagnies membres de l'EPAA travaillent dur afin de mettre en place des méthodes innovantes de recherche et de transfert de technologies qui réduiront les besoins en expérimentations animales.

Par exemple, les entreprises de l'EPAA partageront leurs bases de données pour promouvoir l'accès intersectoriel aux résultats, aux informations et aux méthodes de recherche, ainsi que pour encourager le transfert de technologies et donc réduire le besoin en expérimentations animales.

Les entreprises utiliseront également des approches nouvelles et innovantes pour fournir les données toxicologiques essentielles sans faire appel à des modèles animaux.

Les entreprises de l'EPAA se sont portées volontaires pour fournir des données visant à adapter une «étude étendue sur une génération», mise au point à l'origine pour les produits phytosanitaires, afin de l'utiliser aussi dans d'autres secteurs.

Si les chercheurs peuvent utiliser une génération d'animaux pour des études à long terme, la quantité d'animaux nécessaires pour ce type de recherche pourra être réduite.

Pour promouvoir l'adoption de ces méthodes, la Commission européenne et les entreprises de l'EPAA ont lancé plusieurs projets sur divers sujets, notamment sur l'utilisation optimale et la combinaison de données de sources différentes pour remplacer les expérimentations animales traditionnelles; sur des procédures d'expérimentation innovantes en matière d'essais de vaccins, afin de remplacer dès que possible les essais in vivo par des essais in vitro; et sur des moyens de promouvoir la coopération internationale sur les méthodes alternatives aux expérimentations animales.

Günter Verheugen et Janez Potocnik ont déclaré conjointement: «Le lancement de l'EPAA en 2005 reflétait notre ferme conviction qu'il convient de donner la priorité à la recherche de méthodes alternatives pour la réalisation des essais réglementaires afin d'améliorer la sécurité et la qualité de la vie humaine tout en occasionnant le minimum de souffrances aux animaux lors des expériences scientifiques.

Nous avons en effet l'obligation morale d'éviter toute souffrance inutile aux animaux.

En conséquence, les responsables politiques et l'industrie se sont engagés dans un partenariat constructif dans le cadre duquel ils font tout leur possible pour mettre au point des méthodes qui permettent de réduire, de perfectionner et de remplacer les expérimentations animales.

Notre vision commune a déjà produit des résultats tangibles.»

L'utilisation des animaux dans les expériences scientifiques a toujours été un sujet très controversé et à forte connotation émotionnelle.

En mars 2009, le Parlement européen a finalement interdit les tests sur animaux à des fins de fabrication des produits de beauté dans l'UE après 10 ans de débats. Les militants des droits des animaux s'en sont réjouis, bien que d'autres expériences scientifiques continuent. Avec la création de l'EPAA, cependant, l'UE a montré son engagement envers la réduction des expérimentations animales.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire