L'irrésistible progression du frelon asiatique en France menace les abeilles - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/07/2011 à 20h04 par Tanka.


L'IRRÉSISTIBLE PROGRESSION DU FRELON ASIATIQUE EN FRANCE MENACE LES ABEILLES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'irrésistible progression du frelon asiatique en France menace les abeilles

 
Il y avait déjà les maladies, les OGM, le réchauffement climatique, le parasite varroa, les pesticides – à cet égard, la décision du gouvernement d'autoriser le Cruiser, qui pourrait toutefois être invalidée par le Conseil d'État, saisi par l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) le 8 juillet dernier, ne peut rien arranger – et il y a depuis quelques années le frelon asiatique.

Cet insecte hors norme, bien qu'il ne soit pas plus dangereux pour l'Homme qu'une simple guêpe (sauf en cas d'allergie), a lui aussi une grande part de responsabilité dans la diminution mondiale de la population des abeilles, phénomène dramatique dans la mesure où elles pollinisent 84 % des espèces de plantes et auquel les ondes des téléphones portables pourraient elles aussi contribuer.

L'Union Européenne (UE) a proposé en mai dernier une série de mesures pour tenter de l'endiguer, entre renforcement des systèmes de surveillance et création vraisemblable d'un laboratoire continental dédié. Les pouvoirs publics auront néanmoins bien du mal à contenir la prolifération du monstre précité (Vespa velutina nigrithorax de son nom scientifique), lequel a d'après le CNRS investi trente-neuf départements depuis son apparition dans nos frontières en 2004, progresserait à raison de cent kilomètres chaque saison et prend actuellement ses quartiers en Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA).

Le pire serait néanmoins à venir aux dires de l'entémologiste Claire Villemant, pour qui « la plupart des pays d'Europe ont un risque non négligeable de voir le frelon à pattes jaunes s'y acclimater, avec une probabilité plus forte le long des côtes atlantiques et du nord de la Méditerranée ».

Une catastrophe en perspective pour les apidés, dont les larves tiennent une place prépondérante dans le régime alimentaire des frelons asiatiques. Dix d'entre eux suffisent de surcroît à détruire une ruche entière. Les nids de frelons asiatiques, eux, sont construits en hauteur, en général avec de la terre, et il est recommandé de les démanteler entre le début du printemps et le mois de septembre pour limiter la reproduction de l'espèce, sachant qu'elle n'utilise jamais deux fois le même nid et qu'il est par conséquent inutile d'en détruire un vide.

Certains groupes d'abeilles ont trouvé la parade : « elles se positionnent en grappe devant la ruche puis sautent sur le frelon, l'enserrent et font vibrer leurs ailes de façon à produire de la chaleur. Le frelon cuit et meurt à quarante-cinq degrés celsius », rapporte Mme Villemant. Les apidés établis dans l'Hexagone n'ont hélas pas encore été en mesure de développer cette technique de défense.

Elles seront dangereusement exposées tant que cette situation perdurera...
 

Un article de Guillaume Duhamel, publié par Zegreenweb
 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : Guillaume Duhamel

Source : www.zegreenweb.com