L'inquiétante fonte des glaciers - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/11/2010 à 14h16 par Tanka.


L'INQUIÉTANTE FONTE DES GLACIERS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'inquiétante fonte des glaciers

L'observatoire du changement climatique tire des conclusions alarmantes sur le réchauffement.

En 150 ans, 85 % de l'ensemble des glaciers pyrénéens ont fondu ; partout dans le Midi et en Espagne, les vendanges sont, depuis 1990, de plus en plus précoces (15 jours plus tôt à Banyuls, dans les P-O par exemple) ; certaines stations de ski pyrénéennes ont perdu quinze jours d'enneigement - sur une saison de trois mois - depuis 1971 (*). A Ce sont les toutes premières conclusions du nouvel observatoire du changement climatique des Pyrénées, créé en janvier dernier.

En un mot, le réchauffement climatique, comme vient de la valider l'Académie des Sciences, est une réalité. Il s'accélère et « l'homme en est la cause
essentielle ».

Serge Planton, responsable du groupe de recherche climatique de l'observatoire et climatologue à Météo France, à Toulouse le confirme : « En un siècle, le réchauffement climatique a été de l'ordre de +1,1 % sur l'ensemble du Sud-Ouest de la France. »

Ce qui signifie que le climat de Montpellier a fait un bond de 200 km vers le nord. « C'est aussi, pour demain, l'inconnu : comment les espèces animales et végétales vont-elles s'adapter ? Si elles ont suffisamment de temps pour le faire », ajoute Serge Planton. Ce dernier précise que « la moyenne montagne est plus touchée car plus sensible que la haute montagne au réchauffement climatique ».

Quant à l'avenir annoncé, il fait froid dans le dos. Serge Planton résume : « Les simulations actuelles font état de deux scénarios : dans le plus optimiste, la température moyenne annuelle grimpera de 2,5 °C en France d'ici la fin du siècle, soit un mois d'enneigement en moins pour les stations pyrénéennes. Et de 3 à 3,5° C pour le scénario le plus pessimiste. »

La vérité sera entre les deux. Mais les conséquences à venir sur la faune, la flore et les activités humaines seront considérables. Encore une preuve, s'il en fallait une. Accompagnateur de haute montagne et président de l'association pyrénéenne de glaciologie (Moraine), Pierre René mesure la fonte des glaciers depuis dix ans.

« Douze glaciers ont déjà disparu, a calculé ce passionné. En dix ans, l'englacement de ce massif est passé de 5 km2 à 3,5 km2. »

Dans le même temps, un rapport de l'Agence européenne de l'Environnement joue les Cassandre.

Les précipitations chutent. Les espèces végétales remontent de trois mètres. « Le réchauffement aurait un effet catastrophique sur les espèces endémiques montagnardes. » Toujours selon ce rapport, 60 % des espèces végétales sont menacées d'extinction, d'ici la fin du siècle. Face à la réduction de leur habitat, elles ne seront pas capables de s'adapter, de se déplacer et encore moins de retrouver des conditions climatiques idoines.

Une menace pour les stations de ski

L'observatoire du changement climatique des Pyrénées est né en janvier 2010 « d'une volonté politique », explique Thibault Merz, chargé de mission au conseil régional de Midi-Pyrénées qui préside la Communauté de travail des Pyrénées (CTP) jusqu'à fin 2011. Cette CTP réunit les régions Languedoc- Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Andorre, Pays Basque espagnol, Navarre, Aragon et Catalogne et est à l'origine de l'observatoire.

L'explorateur Jean-Louis Étienne en préside le conseil scientifique. « Cette fièvre chronique de la terre est difficile à faire entendre, dit-il. La température moyenne s'est élevée de 0,8 °C en un siècle. Mais le réchauffement n'est pas perceptible par le corps humain et c'est là tout le problème. » L'observatoire étudie son impact sur le milieu naturel, les écosystèmes et les activités socio-économiques.

« C'est un outil d'aide à la décision », précise Thibault Merz. Y compris, peut-être demain, d'aide à la reconversion, notamment dans le tourisme. Car, avec le réchauffement, « les stations de ski de moyenne montagne pourraient s'attendre, demain, à une perte d'un quart de leur chiffre d'affaires ».

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : Olivier SCHLAMA

Source : www.midilibre.com