L'inexorable montée des eaux - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/12/2009 à 17h42 par Tanka.


L'INEXORABLE MONTÉE DES EAUX

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'inexorable montée des eaux

Information recueillie par Tanka.

Ce que l'on sait

· Le niveau des océans monte de 1,8 mm/an en moyenne depuis 1961 selon les marégraphes.

· Depuis quinze ans, la montée du niveau des mers est de 3,4 mm par an, un phénomène supérieur de 80 % aux prévisions passées du Giec.

· Les océans stockent environ 80 % de la chaleur totale accumulée au cours des cinquante dernières années à cause du réchauffement climatique.

· La baisse des précipitations en zone subtropicale et leur augmentation aux hautes latitudes ont dépassé les prévisions du Giec.

· Environ 160 millions de personnes vivent à moins de 1 mètre d'altitude

au-dessus de la mer.

· La fixation dans les mers du carbone d'origine humaine émis depuis 1750

a abaissé le pH de l'eau de 0,1 unité

en moyenne.

Ce qui se dessine

· Plusieurs études situent à 1 mètre l'élévation maximale des niveaux des mers en 2100, le double des prévisions du Giec. En revanche, les scénarios extrêmes de 2 ou 3 mètres de hausse sont écartés par les nouveaux modèles.

· Sur quinze ans, l'observation par satellite attribue la hausse des mers pour un tiers à leur dilatation thermique, pour un tiers à la fonte des glaciers et pour un dernier tiers à la fonte des calottes polaires et des glaciers de montagne.

· La part des émissions de CO2 absorbée par les continents et les océans, de 55 %, a certainement baissé de 5 % en cinquante ans.

· Les terres exposées comme

les Maldives ou le Bangladesh risquent d'être massivement inondées.

· Les signes s'accumulent autour de l'appauvrissement des mers en oxygène, en particulier dans les zones équatoriales.

· Les mers continueront à monter sur plusieurs mètres pendant des siècles une fois la température moyenne de la Terre stabilisée.

Ce qui fait débat

· Les océans et les végétaux ont-ils atteint leur capacité maximale de stockage du carbone ?

· Les courants profonds océaniques vont-ils ralentir, voire s'inverser dans les scénarios extrêmes ?

· Comment vont réagir les grandes réserves sous-marines de carbone et de méthane. Des études récentes estiment le risque faible à l'échelle du siècle.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire