L'impardonnable ou comment le martyre d'un chien errant provoque la colère des villageois - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/08/2009 à 00h10 par Phil.


L'IMPARDONNABLE OU COMMENT LE MARTYRE D'UN CHIEN ERRANT PROVOQUE LA COLÈRE DES VILLAGEOIS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'impardonnable ou comment le martyre d'un chien errant provoque la colère des villageois

Information sélectionnée par Phil', toujours aussi atterré.

Alors c'est tout, le maire va présenter la facture à la famille et l'affaire est close ?

J'ose espérer que non, et que la Justice, s'il en existe une tant l'on sait qu'elle est laxiste dans le domaine de la cause animale, fera jouer cette fois pleinement l'article 521-1 du Code Pénal posté un peu plus bas ce 17 août.

Extrait : Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende.

Je considère pour ma part, vous devez vous en douter, que c'est un minimum qui devra être infligé à chacun des acteurs de cette barbarie sans nom, car lorsqu'on est capable de mettre le feu à un animal, au Vivant, on est capable de jeter des millions de gens à l'intérieur de fours crématoires. L'impardonnable.

C'est pourquoi il faut étouffer ce feu dans l'oeuf le plus vite possible, et sans ménagement.

Plus le temps passe, plus j'ai honte d'appartenir à cette civilisation.

Espira-de-L'Agly (Pyrénées-Orientales).

C'était la semaine dernière, un soir de désoeuvrement comme un autre sur la place du village d'Espira-de-l'Agly près de Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Un petit chien perdu, sans doute abandonné, cherche de la compagnie. Il est minuit passé lorsque l'animal s'approche d'un groupe de jeunes.

L'un d'entre eux, âgé de 17 ans et connu pour de menus larcins, décide d'asperger d'essence le chien.

Et tandis qu'une jeune fille de 22 ans le maintient, l'adolescent met le feu à l'animal...

C'est ainsi que les enquêteurs de la brigade de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) ont reconstitué ce que Gérard Bile, le maire de la commune qui a déposé plainte, qualifie « d'acte monstrueux ».

Hier matin, le tortionnaire et sa complice ont été interpellés.

L'enquête n'a pas été facile dans une ambiance d'omerta villageoise mais les langues de certains jeunes témoins ont fini par se délier.

« Dès le lendemain, on savait qui avait pu faire un coup pareil. Depuis, beaucoup de gens du village sont très remontés et veulent lui casser la figure. On ne peut pas s'en prendre de cette façon-là à un animal », souffle un adolescent visiblement écoeuré.

« Ce sont des esprits criminels qui ont fait ça. C'était un chien pas du tout agressif. Il allait vers les gens, cherchait de l'affection. Je regrette de ne pas l'avoir ramassé avant », s'emporte une habitante.

Lundi dernier, elle a participé dans les rues d'Espira à une manifestation contre les tortures faites aux animaux.

Une soixantaine de personnes en colère ont brandi des images insoutenables du chien, brûlé au troisième degré sur 50 % de son corps, les chairs à vif.

Mambo, un symbole

Depuis, une réelle mobilisation s'est faite autour de l'animal qui a été baptisé Mambo.

De nombreux dons et des médicaments ont été adressés au refuge SPA de Perpignan où se trouve le chien martyrisé d'Espira.

Pour changer ses pansements, l'animal doit être anesthésié.

« C'est un chien de l'été, un petit chien abandonné sur la route des vacances », se désole Virginie Pocq-Saint Jean, la présidente nationale de la SPA, qui a elle aussi déposé plainte.

Ce matin, le garçon interpellé dans le cadre de cette affaire et sa complice doivent être présentés au parquet de Perpignan après vingt-quatre heures de garde à vue.

Il a fini par reconnaître les faits sans expliquer son geste pour autant. Le maire, qui a avancé les frais médicaux, va présenter la facture à la famille.

© Le Parisien, 2009 - www.leparisien.fr