L'impact des activités domestiques sur le milieu marin - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/03/2010 à 18h11 par frederic.


L'IMPACT DES ACTIVITÉS DOMESTIQUES SUR LE MILIEU MARIN

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'impact des activités domestiques sur le milieu marin

Continuons notre série sur les polluants affectant le milieu marin. Après l'étude des impacts des pratiques agricoles sur le monde aquatique, pensons aux conséquences de nos actions quotidiennes sur celui-ci.

L'anthropisation donne lieu à un certain nombre d'activités domestiques sources de dégradations directes ou non des océans.

On peut classifier ces polluants ménagers en deux groupes :

1- les Rejets urbains sous forme d'eaux usées qui se subdivisent en eaux ménagères et en eaux vannes.

Les premières sont chargées en détergents et produits chimiques qui réagissent comme les POP (polluants organiques persistants) par un phénomène de bioaccumulation de produits toxiques augmentant le long de la chaîne alimentaire.

(...)

Les secondes viennent de l'évacuation de nos toilettes et en théorie doivent être traitées en station d'épuration avant d'être rejetées dans le milieu.

En pratique de nombreuses personnes ne sont pas raccordées au réseau d'assainissement. En cas de proximité du littoral, le contenu de leurs canalisations est parfois directement déversé à la mer.

Cette situation génère, comme dans le cas de l'élevage, un enrichissement en matière organique d'où un important déséquilibre écologique (marées vertes, eutrophisation...) mais également un problème bactériologique source de contamination des espèces animales marines.

2- les Déchets regroupés en 3 catégories principales :

Les déchets inertes tels que le béton ou les briques qui ne subissent pas de modifications chimiques ou physiques. Quand ils sont jetés à la mer, ils peuvent entrainer des dégradations physiques (coraux cassés par exemple).

Les déchets banals qui subissent au fil du temps des altérations (papier, carton, plastique, verre...). Ils ont un impact direct sur la biodiversité.

L'exemple le plus probant est celui des tortues qui confondent les méduses faisant partie de leur alimentation, avec des sacs plastiques qu'elles ingèrent. L'autopsie de certains spécimens a révélé que le tube digestif de nombreuses tortues en était rempli.

Les déchets dangereux qui représentent un risque important pour la santé et l'environnement notamment marin. Lors de campagne de nettoyage des baies, on recense entre autres des piles et des accumulateurs qui contiennent des métaux lourds absorbés par les poissons. Ces métaux peuvent entrainer des problèmes de santé chez l'homme tels que des maladies neurologiques, des cancers...

Quand ces déchets représentent par leur taille une pollution visuelle, ils sont appelés macro-déchets. Ils se posent au fond des océans ou flottent au gré des courants. Quand ils s'accumulent, on observe l'apparition d'océan de déchets, comme la mer de plastique qui se déplace dans le Pacifique.

Il ne s'agit pas ici de faire une liste exhaustive car dans notre vie de tous les jours, nous consommons beaucoup de produits toxiques pour l'environnement marin. Il faut désormais prendre conscience de notre impact pour le diminuer.

Afin d'y parvenir, chacun peut faire des petits gestes qui préserveront la biodiversité aquatique.

En premier lieu pour devenir un éco-citoyen, il faut s'engager à faire des achats éco-responsables tels que des détergents non toxiques qui quand ils emprunteront les réseaux d'assainissement ne représenteront pas un danger pour la faune et la flore aquatique.

Il faut également veiller lors de la construction d'une maison à la possibilité d'être raccordé au réseau d'assainissement. Si ce n'est pas le cas, il est indispensable d'investir dans une fosse sceptique performante, et surtout pour les personnes vivant en bord de mer, de ne jamais faire les tuyaux s'écouler directement dans la nature.

Pour les plaisanciers, il est interdit de jeter des déchets en mer, il faut penser en arrivant au port, à les ranger dans les bornes de tri sélectif souvent présentes dans les marinas...

Enfin il faudrait inscrire l'éducation à l'environnement vers le développement durable dans l'ensemble des programmes scolaires, pour que les enfants puissent connaitre l'impact des activités humaines sur le milieu marin, et apprendre dès aujourd'hui à avoir de bonnes pratiques dans leur vie quotidienne.

Source : .biodiversite-ultramarine.fr

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Frédéric

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........