L'hydrogène en piste - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/12/2009 à 11h45 par Jacques.


L'HYDROGÈNE EN PISTE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'hydrogène en piste

Info sélectionnée par Jacques

En liaison avec le CNRS, Air Liquide est en passe de concrétiser le projet Horizon Hydrogène Energie.

Les premières applications concrètes de l'énergie provenant de l'hydrogène sont à notre porte.
par Didier ROMAND

V oilà des années que les scientifiques nous présentent l'hydrogène comme l'énergie du futur, à la fois propre, durable et performante. Jusque-là malheureusement, la réalité des projets n'a que fort peu dépassé le cadre de la recherche. Sur le papier, du fait qu'il ne produit aucun rejet polluant, l'hydrogène apparaît comme une solution sans pareille. À condition toutefois de trouver une technologie durable pour le produire industriellement car il n'existe aucun gisement propre sur Terre.

Et, aussi, mettre au point des capacités de stockage fiables. C'est dans cet esprit qu'une filiale d'Air Liquide, Axane, pilote le programme Horizon Hydrogène Energie (H2E) en partenariat avec le CNRS. « Ce programme scientifique a pour but la commercialisation à grande échelle de piles à combustible (PAC) fonctionnant à l'hydrogène dans les secteurs ayant besoin d'énergie et d'électricité sans fil pour lesquels les solutions actuelles sont insatisfaisantes, explique Dominique Bernal, directeur scientifique du groupe.

Ce sont par exemple les flottes captives de chariots élévateurs, de véhicules administratifs ou de transport collectif. Nous ciblons également la fourniture d'électricité pour les sites sensibles : hôpitaux, bases de données informatiques et autres antennes de télécommunications non reliées au réseau. Enfin, nous travaillons à la production de PAC pour les pompiers, le SAMU ou le secteur événementiel. »

Pour y parvenir, ce projet fédère une vingtaine de partenaires scientifiques et industriels. « Une fois la première étape des prototypes franchie en 2010, le but est que notre filière soit opérationnelle pour l'émergence de l'hydrogène à grande échelle dans le secteur automobile à l'horizon 2014-2015. »

Pour l'heure, les acteurs du projet s'affairent à lever les derniers verrous scientifiques. « Nous en sommes à la phase des tests grandeur nature précédant l'industrialisation, précise le directeur. Nous peaufinons l'amélioration des performances et de la fiabilité des PAC. L'une d'elles vient d'ailleurs de réussir à alimenter pendant 10 000 heures une antenne-relais de téléphonie mobile. Et nos travaux ont déjà permis de réduire le coût de fabrication d'une pile par dix. »

La phase scientifique ultime vise à optimiser le coeur des piles avec une diminution de la quantité de platine et la recherche de matériaux favorisant la conduction des électrons. Les travaux se concentrent aussi sur les technologies de stockage. « Notre objectif est de finaliser la mise au point de bouteilles et d'autres réservoirs à forte densité de stockage alliant sécurité, résistance, légèreté et ergonomie. Nous misons sur un stockage sous forme gazeuse à haute pression (700 bars) supporté par des matériaux en fibre de carbone.

Pour l'heure, l'hydrogène qui servira aux premières applications industrielles sera majoritairement obtenu par transformation du gaz naturel. Mais, déjà, nous développons des solutions pour bientôt produire directement de l'hydrogène par électrolyse, à partir d'énergie d'origine éolienne et solaire. » Les essais sont encourageants : ils démontrent que sur l'ensemble du cycle de vie, la propulsion de véhicules par une PAC permet de diviser par deux les émissions de CO2 par rapport aux carburants pétroliers.

Avec huit laboratoires impliqués dans ce programme, le CNRS est à la pointe. « Désormais on peut affirmer que, face à la raréfaction des énergies fossiles et à l'essor de la demande énergétique, l'hydrogène est une vraie solution d'avenir » constate Olivier Lottin, chercheur au au laboratoire d'énergétique et de mécanique théorique et appliquée de Nancy.

Source : Républicain lorrain

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........