L'Europe favorable à la torture des oies - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/12/2010 à 22h06 par Tanka.


L'EUROPE FAVORABLE À LA TORTURE DES OIES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'Europe favorable à la torture des oies

Alors que One Voice espérait une interdiction totale de cette pratique barbare, l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a publié le 25 novembre 2010 un avis scientifique favorable à la collecte des plumes sur les oiseaux vivants.

Un commerce inhumain

Pour collecter les plumes et le duvet des oiseaux, il existe deux méthodes. L'arrachage sur les animaux déjà morts, qui nécessite un tri et un séchage mécaniques des plumes préalablement ébouillantées. Et l'arrachage « à sec » sur les oiseaux vivants.

Cette dernière méthode est une source de revenus plus importante car elle est commercialement plus rentable. Mais c'est aussi et surtout une source de grandes souffrances pour ces animaux.

L'avis en question

Le groupe d'experts scientifiques sur la santé et le bien-être des animaux a bien été obligé de constater que dans les conditions actuelles d'exploitation, l'arrachage des plumes était inévitablement douloureux pour l'animal. Cette plumaison provoque en effet des saignements, des lésions cutanées et des ecchymoses.

En revanche, le brossage et le peignage en phase de mue ne provoqueraient pas de lésion des tissus. La proposition de l'EFSA est donc la mise en place d'un système de contrôle pour garantir que seules les plumes en phase de mue soient « récoltées ».

Un contrôle illusoire

En sachant qu'une oie ne mue pas uniformément sur l'ensemble de son corps et que les oies ne muent pas de manière synchrone au sein d'un troupeau, on se demande vraiment comment instaurer un tel système de contrôle. La récolte des plumes en phase de mue ne peut se faire sans arracher des plumes à l'animal. De plus, qui va vérifier comment se passe le plumage?

Souffrance sous contrôle

Dans son rapport, l'EFSA va jusqu'à préciser que « L'existence de plumes ensanglantées, de blessures cutanées, [...] d'os cassés ou disloqués constituent des éléments qui peuvent être utilisés pour évaluer le bien-être des oies dont les plumes sont collectées. » Des propos choquants dans un rapport sur le « bien-être » qui tente de justifier la souffrance des volatiles et démontre l'absurdité de la proposition.

Un scandale déjà révélé

En 2009, un documentaire suédois sur des élevages d'oies en Hongrie avait déjà heurté les consciences. Certains magasins avaient immédiatement cessé de vendre tous les articles contenant du duvet ou des plumes d'oies provenant de Hongrie.

Des vétérinaires interrogés sur le sujet avaient parlé de pure torture sur des animaux qui peuvent subir ce châtiment jusqu'à 4 fois au court de leur vie.

Jeu de lois

La collecte des plumes sur les oies vivantes représente 80 % de la production mondiale ! Les six plus gros producteurs de plumes sont des pays européens comme la Hongrie, la Pologne et la France.

En 1999, le Conseil de l'Europe avait pourtant adopté une recommandation concernant les oies domestiques. Cette recommandation prescrit que «les plumes, y compris le duvet, ne doivent pas être arrachées sur des oiseaux vivants». La publication de l'EFSA sonne donc comme un recul inacceptable.

Agir

Afin de faire cesser la torture des oies, One Voice invite les consommateurs à éviter tout produit à base de plumes et de duvet d'animaux. Les matières synthétiques actuelles possèdent toutes les qualités requises pour s'y substituer.

Pour voir la vidéo, cliquer sur « Lien utile ».

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : One Voice

Source : www.one-voice.fr