L'ayahuasca, Le Serpent Chamanisme Au Pérou (vidéo)

L'Europe cultive moins d'OGM et l'Isaaa continue sa propagande pro-OGM - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/02/2010 à 21h13 par Michel BEGRAND.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'Europe cultive moins d'OGM et l'Isaaa continue sa propagande pro-OGM

Comme tous les ans, l'ISAAA, organisme de promotion des plantes génétiquement modifiés dans les pays du Sud, propose un bilan de l'année écoulée, bilan en termes de surface, de PGM autorisées, et autres événements majeurs.

Ce bilan sert principalement à louer les PGM et à vanter une adoption sans faille des cultures transgéniques dans le monde.

Nous vous proposons donc un décryptage rapide de ce rapport annuel.

Le rapport a été publié le mardi 23 février et dans le communiqué de presse qui l'accompagne, l'Isaaa commence par se féliciter de la décision chinoise en date du 27 novembre 2009.

En effet ce jour là, le Comité chinois de biosécurité a rendu un avis positif sur la culture du riz transgénique [1].

Mais ce n'est qu'une étape, et l'Isaaa elle-même reconnaît qu'il faudra encore attendre deux ou trois ans avant une réelle autorisation commerciale de ce riz GM.

Ainsi, la décision la plus importante de 2009 serait donc d'attendre trois ans, une éventuelle commercialisation du riz GM...

Pour nombre d'observateurs, le riz GM est plutôt synonyme de catastrophe et l'année 2009 a vu Bayer condamné à deux reprises pour n'avoir pas su éviter une contamination mondiale, contamination qui a fait perdre d'importants marchés à un millier d'agriculteurs états-uniens.

L'Isaaa préfère évoquer des chiffres non vérifiables et non justifiés : « Le riz Bt a le potentiel d'accroître les rendements de 8%, de diminuer l'usage des pesticides de 80% (17kg/ha) et de générer des bénéfices annuels de 4 milliards de dollars ».

L'Isaaa parle de potentiel...

C'est là où le bât blesse.

Supposons que ces chiffres soient issus d'une culture en serre, cela ne nous dit a peu près rien sur les rendements de ce riz Bt une fois dans des champs réels, cultivés par des paysans qui n'ont pas forcément les moyens d'acheter les intrants qui lui permettent d'être au top de leur performance...

Et ce riz Bt est comparé à quelle variété de riz ?

Est-ce qu'on a utilisé la même quantité d'engrais sur les deux champs ?

C'est trop facile de jeter à la face de la misère des chiffres de la sorte.

Nous avons déjà plusieurs fois évoqué dans nos écrits la non pertinence de ce type de raisonnement...

Et encore une fois citons AlainWeil, chercheur au CIRAD, qui précise dans un article de La Recherche que « la seule conclusion [quant aux rendements stricto sensu], pour l'instant, c'est qu'il n'existe pas de conclusion claire, et encore moins de conclusion qui soit extrapolable ».

Ces premiers paragraphes en disent long, très long, sur le projet de l'Isaaa : montrer les PGM comme la solution miracle à la faim dans le monde, alors que la faim dans le monde , comme nous avons pu le détailler dans un ouvrage publié en novembre 2009 [2], est avant tout une question politique.

Que peuvent apporter les OGM aux réfugiés de la guerre du Darfour ?

Que peuvent apporter les OGM aux personnes sans terre ?

Les OGM renforcent une logique de dépendance et servent principalement à nourrir le bétail hors sol des pays riches.

Après ces paragraphes de pure propagande, l'Isaaa détaille les chiffres des cultures transgéniques pour 2009.

L'Isaaa annonce donc 134 millions d'hectares cultivés dans 25 pays, soit une progression de 9 millions d'hectares par rapport à 2008 (+7%). La courbe de l'adoption se tasse...

Certes, il n'est pas sérieux de comparer ce taux d'adoption des PGM avec celui des premières années, car il est évident qu'en partant de zéro la progression, au départ, est toujours impressionnante.

L'Isaaa, elle, se gêne pas et annonce : « 2008. La multiplication par 80 des surfaces en PGM entre 1996 et 2009 est sans précédent ».

Cependant, si on prend le temps de regarder de plus près la courbe de l'évolution, on se rend compte que l'enthousiasme pour les PGM se ralentit, au moins depuis 2006...

On est passé de 13% d'augmentation, à 12%, puis à 9,6% et cette année, ce taux est tombé à 7%.

Les traditionnels mensonges sont ressortis : les pays qui cultivent des PGM sont des pays en développement... dont l'Argentine, le Brésil... et dans ces pays, on sait qui cultivent des PGM : des businessmen, qui possèdent des centaines de milliers d'hectares.

Comme petits paysans pauvres, on fait mieux !

.../...

Source : Infogm

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

Info recueillie par Michel95

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

Les 3 Amis fondateurs de l'Association (en 1999)

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel BEGRAND
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.