L'Espagne mise sur le dessalement d'eau de mer pour produire son eau potable - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/09/2009 à 12h07 par Tanka.


L'ESPAGNE MISE SUR LE DESSALEMENT D'EAU DE MER POUR PRODUIRE SON EAU POTABLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'Espagne mise sur le dessalement d'eau de mer pour produire son eau potable

Information recueillie par Tanka.

Confrontée à des sécheresses récurrentes, l'Espagne a mis en oeuvre un vaste plan de développement des usines de dessalement d'eau de mer le long de la Méditerranée. L'usine destinée à alimenter Barcelone a été inaugurée en août dernier.

L'importation d'eau potable depuis la France via des navires, il y a un an, ne semble plus qu'un mauvais souvenir pour la ville de Barcelone. Une usine de dessalement d'eau de mer a en effet été inaugurée début août près de la ville à Prat del Llobregat, au bord de la Méditerranée. Avec une production de 60 millions de mètres cubes par an, cette usine est la plus grande d'Europe et alimentera près de 4,5 millions de personnes en eau potable.

Puisée à deux kilomètres des côtes où sa température reste stable, l'eau de mer est traitée par la technologie de l'osmose inverse. Sous pression, elle traverse une membrane semi-perméable qui retient la plupart des sels. Un traitement final visant à rajouter les éléments minéraux est ensuite nécessaire. Avec 1 m3 d'eau de mer, l'usine produit 450 litres d'eau potable. Dans le cas de Barcelone, la saumure résultant de ce traitement est diluée dans les eaux usées de la ville dans la station d'épuration municipale afin d'être traitée avant son rejet en mer.

Cette usine fait partie des nombreuses installations construites en Espagne au cours de ces dernières années. En 2004, le gouvernement a lancé un vaste programme de développement notamment le long du littoral méditerranéen où les besoins sont les plus élevés et ce, principalement dans la région du sud. 20 nouvelles usines ont ainsi été planifiées afin de répondre à 50% des besoins de ces régions. À ce jour, ce pays est le quatrième utilisateur des technologies de dessalement au monde, derrière l'Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et les Etats-Unis. Ce sont désormais plus de 700 usines qui existent en Espagne pour produire environ 2 millions de mètres cubes d'eau par jour.

La multiplication des projets s'observe également dans d'autres régions du monde et notamment au Moyen-Orient et plus récemment au Maghreb. Dans sa publication annuelle 2008-2009, éditée par Global Water Intelligence (GWI), l'International Desalination Association (IDA) indique que la capacité totale des projets signés en 2007 a augmenté de 43 % par rapport à 2006 passant ainsi de 4,7 millions de m3 par jour à 6,8 millions. En 2008 et 2009, les chiffres pourraient être encore plus élevés : au 30 juin 2008, la production cumulée de l'ensemble des projets d'usine de dessalement dans le monde s'élevait à 62,8 millions m3/j pour plus de 13.800 usines construites ou en projet.

Ce développement tente de répondre aux besoins grandissant d'une population qui s'accroît inexorablement alors que les ressources en eau douce stagnent, souffrent d'une gestion déficiente voire régressent dans certaines régions. De nos jours, plus d'un tiers de l'humanité survit avec moins de 5 litres d'eau par jour, la définition du stress hydrique de l'Organisation Mondiale de la Santé.

Cependant, la technologie du dessalement n'est réservée qu'aux pays les plus riches puisque le coût de fabrication d'eau potable par ce procédé oscille entre 0,4 et 1,50 euros par m3 alors que la potabilisation des eaux de surface ou souterraines coûte entre 0,1 et 0,5 euro.

Cette technologie est également vue d'un mauvais oeil par les associations de protection de l'environnement car le traitement de la saumure comme le fait Barcelone n'est pas systématique et de grandes quantités de sel sont rejetées dans le milieu naturel. Or les conséquences de ces rejets dans l'écosystème marin ne sont pas évaluées.

Les ONG craignent également que le dessalement devienne une solution de facilité et soit développé aux dépens de mesures de gestion de l'eau et d'économie d'eau. En Espagne, selon les données du Groupement des Services de l'eau de Catalogne, la consommation d'eau domestique et industrielle de la région de Barcelone a diminué de 11% entre 2003 et 2007 en passant de 193 litres par jour et par habitant à 172 l/j/hab. Aujourd'hui à Barcelone la consommation serait de 108 l/j/hab. Il ne reste pas moins que 22% de l'eau dessalée en Espagne est destinée à l'agriculture.

F.ROUSSEL