L'éruption du Toba aurait changé le climat et décimé nos ancêtres - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/12/2009 à 17h24 par Tanka.


L'ÉRUPTION DU TOBA AURAIT CHANGÉ LE CLIMAT ET DÉCIMÉ NOS ANCÊTRES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'éruption du Toba aurait changé le climat et décimé nos ancêtres

Information recueillie par Tanka.

L'éruption du super volcan indonésien de Toba a-t-elle failli causer la disparition de l'Homo sapiens il y a 73.000 ans ? En montrant que les forêts de l'Inde ont été sérieusement touchées à cette époque, un groupe de chercheurs renforce l'idée que la réponse à cette question est bien « oui ».

Il y a environ 73.000 ans, un super volcan, comme celui de Yellowstone, entrait en éruption dans l'île de Toba en Indonésie. La quantité de cendres crachée par ce volcan a été estimée à pas loin de 800 kilomètres cubes. Pour mémoire, le Pinatubo, coupable d'éruptions impressionnantes au début des années 1990, n'a émis que 10 kilomètres cubes de cendres et le St Helens seulement 2,9. Or, les cendres du Pinatubo, en modifiant l'albédo de la Terre, ont suffi à faire baisser sa température moyenne de 0,6°C pendant deux à trois ans. On en déduit que l'éruption du Toba a dû affecter le climat terrestre de façon importante.

L'exemple du Krakatoa montre aussi que les cendres et les aérosols pulvérisés dans la haute atmosphère lors des éruptions sont bien en mesure de provoquer un refroidissement global de la planète.

Or les biologistes moléculaires ont découvert il y a plus de dix ans que l'humanité était anormalement peu diversifiée du point de vue génétique, comme si elle avait subi ce qu'on appelle un goulot d'étranglement dans le langage des spécialistes de l'évolution. En se basant sur les horloges moléculaires, ils en avaient déduit que cette absence de diversification importante s'expliquait par l'idée que, il y a environ 73.000 ans, un groupe de quelques milliers à quelques dizaines de milliers d'individus tout au plus avait été à l'origine de l'ensemble des hommes existant aujourd'hui. Pour une raison alors inconnue, l'humanité aurait échappé de peu à une extinction.

Un âge de glace de plus d'un millénaire

En 1998, un professeur d'anthropologie de l'Université de l'Illinois, Stanley Ambrose, proposa de relier les deux événements. Selon lui, l'éruption de Toba qui a laissé une caldera aujourd'hui occupée par un lac de 100 kilomètres de long pour 35 de large, a dû suffisamment perturber le climat pour que la température moyenne de la planète chute de pas loin de 16°C. Cet âge de glace instantané aurait duré 1.800 ans environ, largement de quoi décimer la population humaine de cette époque.

Bien que séduisante, cette théorie a subi quelques critiques depuis lors. L'une des principales objections est venue de la découverte de pierres taillées montrant qu'au moins un groupe d'humains vivant à proximité de l'Indonésie, plus précisément dans le sud de l'Inde à Jwalapuram, était semble-t-il passé sans encombre à travers cet épisode.

Une simulation numérique montrant l'impact possible de l'éruption de Toba sur la température de surface de la Terre. Une brusque montée de l'albédo de la planète provoque un refroidissement rapide et important en quelques années seulement. Crédit : Nasa

C'est visiblement pour lever ce doute qu'Ambrose a joint ses forces à celles de Martin A.J. Williams, un chercheur de l'Université d'Adélaïde en Australie qui avait découvert une couche de cendres laissées par l'éruption de Toba en Inde. Ces chercheurs ont analysé les pollens piégés dans des sédiments marins de la baie du Bengale ainsi que les rapports isotopiques des noyaux de carbone dans des carbonates situés en dessous et en dessus de la couche de cendres du Toba à trois endroits de l'Inde centrale.

On sait que selon le type de végétation, les rapports isotopiques du carbone ne sont pas les mêmes. Il est ainsi possible de dire si, à une période et en un endroit donnés, le couvert végétal était constitué de forêts ou de prairies.

Comme ils l'expliquent dans un article récemment publié dans le journal Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, les chercheurs ont découvert des signes très convaincants d'un changement drastique dans la couverture végétale. Les forêts ont régressé et la pluviosité a baissé dans les régions de l'Inde centrale pendant au moins mille ans, juste après l'éruption du Toba.

Cela accrédite fortement la thèse d'une déforestation au niveau des tropiques et donc un climat plus froid. La théorie de la catastrophe de Toba en sort renforcée.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire