L'éolien offshore: la France à la traîne ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/01/2010 à 23h24 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'éolien offshore: la France à la traîne ?

Information recueillie par Michel95

Le potentiel de développement que représente la filière éolienne offshore en France semble avoir été négligé alors même qu'il pourrait constituer une partie de la solution, tant en ce qui concerne le respect de nos engagements européens en matière de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES), qu'en matière de relance de l'activité économique.

Si le Grenelle a prévu la création d'un parc éolien marin de 6 GigaWatts, la France est loin de cet objectif puisque seul un projet a reçu les autorisations nécessaires (site de Veulette-sur-mer qui devrait être opérationnel dans le courant de l'année 2011) pour une production annuelle de 105 MégaWatts.

A la traîne de nos voisins européens (32 parcs éoliens de ce type sont d'ores et déjà en fonctionnement dans l'UE), nous disposons pourtant du 2ème potentiel éolien offshore du monde, avec quatre zones géographiques exposées et 11 millions de km2 de zone maritime.

L'inadaptation du cadre règlementaire reste le principal frein au développement du offshore

Selon le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) « la législation et la réglementation françaises telles qu'elles ont été élaborées pour le développement de l'éolien à terre ne répondent pas parfaitement aux nécessités de l'éolien off shore ».

En effet, les règles du droit de l'urbanisme qui concerne l'occupation des sols, n'ont pas été créées pour répondre aux exigences de ce nouveau marché.

De plus, le dispositif de définition des zones de développement de l'éolien (ZDE) est proposé par les élus locaux pour qui il n'est pas toujours évident de déterminer quelle est la commune compétente en mer, ce qui ralentit notablement la prise de décision et la mise en mouvement de nouveaux projets.

Or, pour qu'une ferme éolienne puisse bénéficier du régime de l'obligation d'achat de l'EnR (Energie Renouvelable) par ERDF (Electricité Réseau de France) et du tarif préférentiel, la condition sine qua non est qu'elle fasse partie d'une ZDE.

La logique voudrait donc que les ZDE offshore soient déterminées par l'Etat.

Dans ce sens, Jean Louis Borloo adressait en mars 2009 une circulaire aux préfets des régions côtières, leur demandant d'organiser, pour chacun, des instances de concertation et de planification rassemblant tous les acteurs concernés en vue d'identifier les zones propices au développement de l'éolien en mer.

Le projet de loi Grenelle 2 adopté il y a peu par le Sénat prévoit, entre autres, la simplification des procédures applicables à l'éolien en mer (suppression des ZDE et des procédures d'urbanisme).

Ces initiatives appellent cependant à la prudence : pour le moment aucune concertation n'a eu lieu et le projet de loi n'a pas été définitivement adopté.

Enfin, le gouvernement projette d'intégrer (via Grenelle 2) les éoliennes dans la nomenclature des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE), ce qui, selon le syndicat des énergies renouvelables, constituerait un nouveau frein à leur développement.

Il s'agira donc de voir si cette nouvelle sujétion aura ou non un effet bénéfique sur le développement du parc éolien offshore français.

Source : Green BUSINESS

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr