BiGBuG sur Netflix, une comédie française d'anticipation de J.P. Jeunet. Pour déconfiner à coup sûr!

L'engrais de mémé toujours hors-la-loi - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 29/07/2009 à 10h35 par Alain THONONT.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'engrais de mémé toujours hors-la-loi

Tout le monde connait le purin d'orties, le formidable engrais dont mémé nous a refilé la recette il y a un siècle. Le purin est au coeur d'un imbroglio administratif comme seule la France sait en faire pousser. En effet, chacun a le droit d'utiliser du purin ou de la fougère repousse-chenille dans son jardin, mais personne n'a le droit de promouvoir ou de vendre ces recettes ancestrales. Depuis des années, l'administration -surtout celle du ministère de l'agriculture- cherche des noises au purin, mais aussi à la prêle, la consoude, la fougère, le margousier, ..., bref à toutes les plantes qui font du bien aux plantes.

Remarquez, c'est la faute à la loi, pas à ceux qui l'appliquent. En 2006, quand le projet de loi d'orientation agricole a été discuté à l'Assemblée, certains ont découvert avec effroi qu'un des articles allait empêcher la diffusion de recettes et de savoirs naturels et ancestraux destinés à protéger les plantes par les plantes. La même année, en plein milieu de l'été, des agents de la Direction générale de l'agriculture et de la forêt (Draf) et de la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (Dgccrf) ont perquisitionné chez un paisible horticulteur de l'Ain. Son crime? Dispenser des stages sur les soins des arbres par les plantes en refilant moult bons tuyaux sur la confection de préparations naturelles. Le procès verbal alors dressé avait provoqué l'ire des jardiniers du dimanche, des amateurs de bio et des professionnels d'une agriculture sans chimie de synthèse. Quoi? L'engrais de mémé hors-la-loi?

Gêné aux entournures, le ministère de l'agriculture avait promis de simplifier l'échange et la commercialisation des « préparations naturelles peu préoccupantes », les PNPP. Le décret vient de sortir et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne simplifie rien du tout. Pire même, il bloque tout. Que dit-il? Que les préparations naturelles doivent avoir « fait l'objet d'une procédure d'inscription sur la liste communautaire des substances actives ». En français: qu'il faut claquer 300000 à 500000 euros d'études en écotoxicologie pour prouver l'innocuité d'une recette qui a fait ses preuves depuis que l'être humain sait biner.

« Avant le décret, donner ou vendre du purin d'ortie était interdit. Après le décret, ça l'est encore. » explique Vincent Mazière de l'Association pour la promotion des PNPP. A l'Institut technique de l'agriculture biologique, on a essayé de jouer le jeu communautaire et de constituer un dossier pour inscrire la prêle à la fameuse liste de substances actives. Pfiou, presque deux ans de travail et quelque 80000 euros n'ont pas suffi pour y parvenir. Il se murmure qu'il faut au minimum trois ans « d'instruction ». Les voies de l'administration sont aussi impénétrables qu'un champ de ronces. Des racines de pissenlits dans la bouche, mémé a toute l'éternité pour se gondoler dans sa tombe.

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Alain THONONT
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (2) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par Vercors56 le 30/07/2009 à 13h47

En effet mémé doit se gondoler dans sa tombe !!
Mosanto reconnu et les remèdes de mémé montrer du doigt !!! ça me dépasse !!! ms je ne me prends pas la tête je continue à faire et à vivre comme bon me le semble, en essayant au maximum de vivre sans trop abîmer la planète : pour moi c'est la vraie voie, jai besoin de la planète pour vivre pas des lobbys...
Si ce n'était pas aussi dramatique j'en rirais volontiers, les vaudevilles n'ont jamais osé aller aussi loin dans l'absurde, leurs auteurs devaient penser que ça n'allait pas paraître crédible !!!!

Commentaire laissé par André le 30/07/2009 à 07h27

Bonjour a tous,Voila peut-etre la solution ,si monstresanto crée l'ortie ou la prele modifiée génetiquement et glisse dans des enveloppes des feuilles vertes du dollardisier(arbre d'amerique du nord dont le fruit tres riche en tanin,sert a fabriquer des pots de vin ) distribuer adroitement a qui de droit ( mais non je ne suis pas de droite ).Ceci nous ferait redécouvrir nos bon vieux purins,un rien plus toxique sans doute ,mais bon faut pas trop demander quand meme.Andre