Puisque nous sommes dans l'oeil du cyclone, place à La mort d'Orion de Gérard Manset (Clips vidéos)

L'élevage ovin est en phase avec les attentes de la société - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/12/2010 à 22h56 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'élevage ovin est en phase avec les attentes de la société

"Les moutons préservent l'environnement"

Sur le site «Campagne et environnement.fr, l'agriculture et l'environnement en bonne intelligence», j'ai trouvé cet article intitulé « Les moutons préservent l'environnement » signé G.P.

«L'élevage ovin participe à la prévention des risques naturels, façonne les paysages et favorise la biodiversité.» Tel est l'un des éléments mis en avant par la Chambre d'agriculture de Provence-Alpes-Côte-d'Azur dans un panorama publié en décembre sur la filière ovine de la région. L'élevage ovin contribue fortement au maintien d'un paysage ouvert : 60 % de l'espace pastoral et herbager est entretenu par les ovins (alpages inclus).

"L'élevage ovin est en phase avec les attentes de la société"

La Chambre d'agriculture souligne également le rôle des professionnels et leur engagement en matière environnementale comme la diminution de la fertilisation sur les prairies ou la gestion de la ressource herbacée par le pâturage sur les surfaces pastorales : «Par sa conduite extensive, l'élevage ovin est tout à fait en phase avec les attentes de la société vis-à-vis de l'agriculture».

Or il ce fait que, par hasard, au même moment, j'ai reçu un article pour la Buvette écrit par Roland Keller de l'association Elyna qui explique exactement ... le contraire : “l'utilisation des alpages de haute altitude résulte d'une part de l'absence de motivation à utiliser les zones plus proches de la limite de la forêt et d'autre part à considérer les herbages de l'étage alpin comme un cadeau de la nature envers laquelle on ne se sent pas chargé d'une obligation.” Les moutonniers ne se sentent pas obligé envers la biodiversité. Il n'ont aucun sentiment de responsabilité environnementale, tout occupés qu'ils sont à “façonner les paysages”!

Si le pastoralisme était vraiment “en phase avec les attentes de la société”, les écologistes et autre gens de la ville mangeraient du mouton et chanteraient la gloire du bon berger gardant son troupeau.

Que voit-on du côté de la société ?

* une demande en viande de mouton diminue chaque année

* des critiques contre un métier “sous perfusion” qui ne survit que noyé par les subsides.

* une levée de bouclier ("tous des escrologistes!") contre ces soi-disant “protecteurs de la biodiversité” qui cherchent à exterminer, par tous les moyens, légaux ou illégaux, la biodiversité génante “pour faire la montagne propre”. Ils s'en prennent aux prédateurs bien sûr, loups et ours, même quand ceux-çi ne sont reponsables que d'un faible pourcentage des pertes en estives (0,67% pour l'ours par exemple) mais aussi aux vautours, ces auxiliaires du pastoralisme qui nettoyent la montagne des cadavres que les éleveurs devraient par ailleurs porter à l'équarissage à grands frais!

Que voit-on du côté des éleveurs ?

* La création du “concept de biodiversité à visage humain”, regroupant la "bonne" biodiversité, composée des espèces domestiques sélectionnées pour leur rendement.

* l'exclusion de la biodiversité à sauvegarder des espèces “sauvages” qui participent à leur grande crainte : “l'ensauvagement de leurs territoires”.

* La défense de projets économiques comme la création de micro-centrales hydro-électriques sur des ruisseaux encore épargnés. L'extinction des espèces comme le desman ou l'euprocte est le cadet de leurs soucis.

* Le non gardiennage et la non conduite des troupeaux. Les bergers disparaissent et laissent les moutons choisir eux-mêmes leurs lieux de paturage, offrant également une table-ouverte aux prédateurs.

(...)

Les « bobos » citadins se remettront bien vite d'une possible disparition de l'ours. Ce n'est pas en effet leur survie (à court terme...) qui est en jeu. Mais les montagnards, outre leur identité, perdront là un attrait sans équivalent en France, susceptible de générer des emplois non délocalisables. Mais plus que cela : ils gagneront de la part des français quelque chose d'autrement plus fort ...
Le Respect."

(...)

pour lire l'article dans sa totalité, cliquer sur Source ou Lien utile

 

SOS-planete

Devenez lanceur d'alertes

Auteur : Baudouin de Menten

Source : www.buvettedesalpages.be

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • elevage ovin
  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.