L'eau des Alpes va bientôt manquer - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/09/2010 à 19h37 par Tanka.


L'EAU DES ALPES VA BIENTÔT MANQUER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'eau des Alpes va bientôt manquer

Sous l'effet du réchauffement climatique, les Alpes risquent de ne plus pouvoir jouer leur rôle de « château d'eau de l'Europe », alertent les experts réunis aujourd'hui à Megève, en Haute-Savoie dans le cadre des États généraux de l'eau en montagne.

« Avec le réchauffement climatique, l'hiver, la neige se transforme en pluie et ne permet plus de stocker l'eau. Or, cette neige qui fond l'été sert à alimenter les rivières », résume Jean-François Donzier, directeur général de l'Office international de l'eau.

Selon des études du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), les glaciers alpins, qui ont déjà perdu entre 20 et 30 % de leur volume depuis 1980, pourraient encore régresser de 30 à 70 % d'ici 2050.

« Les problèmes d'hydrologie sont déjà en train de se produire ou vont intervenir bien plus vite que ceux du gaz à effet de serre. Il faut prévoir tout de suite des mesures d'adaptation, notamment en montagne, où le phénomène est le plus visible », alerte Jean-François Donzier. « Les montagnes et leurs glaciers régulent l'alimentation des grands fleuves et pourraient même voir leur influence renforcée, ce qui n'ira pas sans provoquer des conflits d'usage de l'eau.

Les enjeux économiques sont considérables », explique Dominique Raynaud, glaciologue au CNRS de Grenoble. D'ici 2100, on observerait ainsi en plaine une augmentation de 20 % des débits d'eau en hiver, les précipitations tombant de plus en plus sous forme de pluie plutôt que de neige, mais une réduction allant jusqu'à 55 % en été, selon le Giec. « Notre travail consiste à prédire les apports en eau, grâce à un travail de mesure et de modélisation, afin de rationaliser et d'optimiser sa gestion entre les utilisateurs », explique Georges-Marie Saulnier chercheur au CNRS.

« Rendre compatibles tous les usages est impossible. Nous sommes de plus en plus nombreux dans les Alpes à nous partager une ressource de plus en plus rare », avertit Stéphane Roux, membre de l'association de défense de l'environnement Mountain Wilderness. « L'eau est une ressource fondamentale que se partagent agriculteurs, stations de montagne, habitants et industriels », analyse Guillaume Cortot, membre de l'association France Nature Environnement, évoquant « un rapport de force entre ces acteurs qui veulent chacun préserver leurs ressources ». Or, il faudra faire des choix !

SOS-planete





Auteur : leprogres.fr

Source : www.leprogres.fr