L'association KENZO trainée devant la Justice pour avoir sauvé des chiens de 1ère catégorie - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/11/2009 à 16h36 par Jacques.


L'ASSOCIATION KENZO TRAINÉE DEVANT LA JUSTICE POUR AVOIR SAUVÉ DES CHIENS DE 1ÈRE CATÉGORIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'association KENZO trainée devant la Justice pour avoir sauvé des chiens de 1ère catégorie

Information sélectionnée par Jacques

Hier, mardi 3 novembre, je me suis rendue à une convocation de la Gendarmerie Nationale de mon secteur afin d'y être auditionnée, en tant que Présidente de l'association KENZO pour la protection animale et la défense des chiens catégorisés, à propos de trois chefs d'accusation :

- Acquisition de chiens de 1ère catégorie
- Cession de chiens de 1ère catégorie (malgré la présentation d'une jurisprudence légalisant les contrats de garde, ils sont assimilables, selon le procureur qui nous poursuit, à une cession)
- Non stérilisation dans les délais d'une chienne de 1ère catégorie (trois ou quatre jours de retard sur le délai légal à cause d'un RV reporté).

Outre les condamnations que je risque et qui me laissent froide puisque je ne regrette pas d'avoir voulu aider tous ces chiens, le Procureur réclame bien sûr la « destruction » des « objets » de ces différents délits : les chiens de 1ère catégorie de l'association Kenzo.

Toute cette affaire est la conséquence de l'accueil, en début 2008, par l'association KENZO, d'une chienne de 1ère catégorie qui s'automutilait dans son box de fourrière. Cette chienne adorable a trouvé une famille d'accueil aimante aussitôt sortie de fourrière et nous avons établi un contrat de garde. Au moment où cette FA a déclaré la chienne en mairie, le dossier a été transmis au procureur.

Notre faute : ne pas avoir de refuge, si ce n'est mon domicile qui est un mini-refuge où j'accueille la quantité légale de chiens autorisée à un particulier et de nombreux chats.

Or, le Procureur refuse d'accepter le fait que mon domicile, qui est le siège de l'association, puisse être un refuge du simple fait qu'il est mentionné dans les statuts sous le terme : accueil. Ce qui veut dire strictement la même chose, mais pas pour ce Procureur.

Sachant que cette affaire qui a débuté il y a plus d'un an, lors de ma première convocation à la gendarmerie en mai 2008, ne se terminerait pas aussi facilement, nous avons décidé, Magali (Vice Présidente et trésorière) et moi-même, de ne plus accueillir aucun chien de 1ère
catégorie. Cela nous a été reproché et a provoqué le départ de nos déléguées les plus actives et la mise en sommeil d'une association qui pourtant, permettait à de nombreux propriétaires de chiens catégorisés de s'y retrouver dans une loi si difficile à comprendre.

Nos principaux donateurs n'ont plus fait de dons, sauf un ou deux fidèles que nous remercions).

Trop de gens ont oublié que même si nous ne prenons plus de chiens pour les raisons bien évidentes expliquées ci-dessus, nous en avons pris beaucoup avant qui demeurent la propriété de l'association et pour lesquels nous avons encore des frais de vétérinaires, une petite
pension à payer pour certains, l'assurance de l'association, et maintenant, des frais d'avocat car nous allons faire notre possible pour que tous ces pauvres chiens ne finissent pas sous la seringue d'un vétérinaire.

Nos chiens ont plus que jamais besoin que vous vous mobilisiez pour eux en nous aidant à trouver des avocats pas trop gourmands, à payer ces avocats, et plus simplement, à renflouer notre trésorerie car nous raclons le fond.

Je tiens aussi à conseiller à toutes les associations qui comme nous, veulent aider les chiens de 1ère catégorie, de se montrer prudentes.

Quel est l'intérêt de vouloir sauver des chiens de l'euthanasie si ce n'est que pour remettre à quelques mois, quelques années, leur inéluctable fin sur une table d'euthanasie ?

Aidez-nous, pour nos chiens qui sont innocents et pour nos familles d'accueil qui sont attachées à ces pauvres parias qui leur ont été confiés.

Bien cordialement,

Christine Delfosse, présidente de l'association KENZO.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire