L'aspartame, attention danger ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/07/2011 à 22h08 par Kannie.


L'ASPARTAME, ATTENTION DANGER ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'aspartame, attention danger ?

 

Comme 200 millions d'européens, peut-être consommez-vous de l'aspartame. Avec un pouvoir sucrant 200 fois plus important que le saccharose, vous avez certainement succombé au faible apport de calories de ce faux-sucre.

Depuis le début des années 2000, il est fort probable que vous ayez entendu parler de l'Aspartame comme d'un doux poison. Que le chiffre 200(0) se rassure, il en a fini avec l'aspartame. Nous, c'est beaucoup moins certain.

Face aux différentes polémiques, la Commission européenne vient de décider de réévaluer, dès septembre prochain, la dose journalière admissible de l'édulcorant...

Un retournement de situation pour l'aspartame, né pourtant sous une bonne étoile. Sa découverte est le fruit du hasard : où plutôt, un accident sucré dans un laboratoire en 1965. C'est durant les premières étapes de la création d'un médicament anti-ulcère, que le chimiste aurait goûté le produit.

Bien belle histoire, si elle n'était pas entachée par la théorie du complot : Selon un article publié sur Rue89, l'aspartame aurait été homologué dans des circonstances douteuses aux Etats-Unis, peu après l'arrivée de Ronald Reagan au pouvoir. Un président proche de Donald Rumsfeld, directeur à l'époque de Searl. LA firme l'aspartame.

Suivront des autorisations de mise sur le marché, un rachat par Monsanto, un brevet tombé dans le domaine public, des études d'innocuité de l'Agence française de sécurité sanitaire (AFSSA), des réglementations, des controverses...et pour les dernières en date très récentes.

Fin 2010, deux études relancent le débat. La première porte sur près de 60 000 femmes enceintes et conclu à un risque d'accouchement prématuré. La seconde montre que l'exposition à de hautes doses d'aspartame chez les rats induisait des tumeurs au foie et au poumon chez les mâles. En plus se pose aujourd'hui la question de l'existence même des dossiers scientifiques initiaux d'autorisation de mise sur le marché. Dossiers semble-t-il introuvables à la Commission européenne.

Et sous fond de conflits d'intérêts autour de l'aspartame, l'association de défense de l'environnement Générations Futures et le Réseau Environnement Santé ont demandé l'invalidation de la Dose Journalière Admissible établie pour le faux-sucre. Réponse de la Commission européenne : le cas de l'édulcorant sera finalement revu dès septembre prochain.

D'ici là, que faire ? Consommer durable c'est peut-être se tourner vers la concurrente de l'aspartame : La stévia. Avec le grand intérêt que c'est avant tout une plante. complètement naturelle, elle servait à l'origine aux Indiens du Paraguay. D'ailleurs, un pied de stevia fournit suffisamment d'extrait pour sucrer par exemple 30 tasses de café! Petit plus de l'édulcorant : il est sans calorie puisque non assimilé par le corps humain.

Rébaudioside A, de son petit nom scientifique, a quand même un petit inconvénient. Celui d'avoir un arrière goût de réglisse. Mais dans le doute, on peut peut-être essayer de s'habituer. Surtout quand le principe de précaution nous offre une alternative toute trouvée à la chimie : la nature.
 

Un article de Alice Muntz-Portal, publié par Fréquence TERRE

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

 





Auteur : Alice Muntz-Portal

Source : www.frequenceterre.com