L'Arctique, un « diamant précieux » pour l'environnement global et l'humanité - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/10/2010 à 01h00 par Fred.


L'ARCTIQUE, UN « DIAMANT PRÉCIEUX » POUR L'ENVIRONNEMENT GLOBAL ET L'HUMANITÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'Arctique, un « diamant précieux » pour l'environnement global et l'humanité


Nécessité de la préservation de l'Arctique pour la survie de la Biosphère

Les craintes et appréhensions maintes fois exprimées dans le monde concernant les impacts environnementaux de l'exploitation offshore des hydrocarbures se sont avérées encore une fois tout à fait fondées avec la marée noire du golfe du Mexique qui s'est produite au cours de l'été 2010.

La plus grande catastrophe écologique de l'histoire des États-Unis a exigé une opération de grande envergure d'une durée de cinq mois afin de sceller définitivement le puits de pétrole à son origine.

(...)

Il est urgent d'ouvrir un débat public élargi sur les répercussions sur l'environnement d'une exploitation plus étendue et plus intensive des gisements sous-marins dans l'Arctique.

Ce débat devrait se réaliser au plus haut niveau des instances de la gouvernance mondiale et ne devrait pas être laissé à la seule initiative des puissances économiques intéressées.

(...)

Les services des écosystèmes de espaces polaires rendus à l'environnement mondial et à l'humanité

Selon le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), les écosystèmes polaires sont indispensables pour la santé de l'ensemble des environnements terrrestres et marins.

Ils contiennent plus de 70% de l'eau douce de la planète dans les masses de glace qui les recouvrent; l'Arctique fournit 28% des pêcheries commerciales mondiales et l'Antarctique 2%.

L'Arctique revêt de riches ressources minérales dont le quart des réserves mondiales de pétrole et de gaz; celui-ci contient un tiers des stocks de carbone globaux s'avérant un réservoir important pour les gaz de serre (GHGS); de plus, il est le support d'environ 300 espèces de poissons, de mammifères marins et d'oiseaux migrateurs.

Entre 500 millions et 1 milliard d'oiseaux migrant sous toutes les latitudes ont besoin du climat de l'Arctique pour une phase de leur cycle de vie et plus de 20 espèces de cétacés se déplacent entre les Pôles et les Tropiques.

Il importe de rappeler que l'Antarctique est sans contredit la plus grande aire naturelle préservée de la planète, tandis que l'Arctique accueille 7 des 11 plus grands espaces de conservation dans le monde.

Ces éléments sont extrêmement importants non seulement pour les services rendus par leurs écosystèmes tels que la préservation de la diversité biologique, mais aussi pour les valeurs intrinsèques liées à l'esthétique et à la culture .

(...)


Les éléments justificatifs invoqués pour la mise en valeur des ressources énergétiques de l'Arctique

La population mondiale s'accroît de façon accélérée depuis le milieu du vingtième siècle et la consommation en énergie est en hausse constante et surtout celle des combustibles fossiles.

On anticipe une hausse spectaculaire de la consommation dans les pays dits émergents au cours des deux prochaines décennies.

(...)

L'exploitation des ressources énergétiques et ses répercussions sur l'environnement

(...)

Les ressources potentielles globales en hydrocarbures dans l'Arctique

(...)

La fonte marquée observée de la banquise de l'océan arctique faciliterait grandement l'installation de plateformes ainsi que le transport vers les marchés de consommation.

Selon F. Beauregard-Tellier, « l'Arctique est la source d'environ 10% de la production pétrolière et d'un quart de la production gazière du monde ».

(...)

Conclusion

L'Arctique déjà grandement affecté et fragilisé par le réchauffement global sera-t-il capable de supporter les répercussions appréhendées d'une exploitation intensive de sa plateforme sous-marine?

Les conséquences que pourrait provoquer une marée noire sur les écosystèmes sont difficiles à évaluer et le principe de précaution devrait guider les décideurs et ce même au prix de renoncer à la mise en valeur de leurs richesses.

Les peuples du Nord comptent encore grandement sur les ressources fauniques de cet océan et de la banquise qui la recouvre.

Pour eux, la déstabilisation des conditions climatiques a déjà eu une incidence marquée sur leurs activités traditionnelles.

Le déploiement de vastes corridors d'énergie et de sites d'exploitation additionnels sera perçu comme ayant un impact cumulatif sur les zones de vie qu'ils fréquentent depuis des millénaires.

À la réalité sévère du Nord ils ont toujours su s'adapter, mais il leur serait très difficile de faire face à la destruction irréversible de leur environnement.

(...)

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Source"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Auteur : Jules Dufour

Source : www.mondialisation.ca