L'Arctique malade de la pollution - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/01/2010 à 22h25 par Phil.


L'ARCTIQUE MALADE DE LA POLLUTION

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'Arctique malade de la pollution

Information sélectionnée par Phil'

L'Arctique a beau être loin et fort peu peuplé, il n'échappe pas à la pollution.

Une organisation française de protection de l'environnement y a en effet recensé quelque 2750 sites pollués dont le quart sont situés au Canada.

Ce sont 662 sites pollués qui ont été répertoriés au pays — au Nunavut, au Yukon et dans les Territoire du Nord-Ouest — selon un inventaire réalisé par l'ONG Robin des bois.

On en retrouve 509 en Alaska, 468 au Groenland, 418 en Suède, 524 en Norvège et 169 en Finlande. La Russie n'a pas voulu participer à l'inventaire.

Si l'Arctique est assujetti à la pollution exogène transportée par les courants atmosphériques et océaniques, il est aussi menacé par la pollution endogène.

Les principales activités responsables de la contamination des sols et des eaux sont les bases militaires et scientifiques, la prospection, l'exploitation et la distribution de gaz et de pétrole, le stockage de carburants et les complexes miniers et sidérurgiques.

Selon l'ONG, l'éloignement des sites de stockage et d'élimination des déchets, les coûts de transport et la faible densité de la population ont incité les producteurs de déchets à les abandonner sur place.

Les sites pollués se situent tous en bordure de l'océan, de lacs et de fleuves. « Ce sont des abcès environnementaux et des voies de transfert des polluants vers les eaux douces et marines », déplore l'association dans son rapport.

Les polluants dominants en cause dans cet inventaire non exhaustif sont les hydrocarbures, les métaux lourds, les PCB, l'amiante et autres polluants organiques persistants.

Les Inuits et les autres communautés indigènes de l'Arctique dont le régime alimentaire est basé sur les ressources aquatiques et faunique sont les grandes victimes de cette pollution.

Tout comme les ours polaires qui, victimes depuis quelques années du réchauffement climatique, pâtissent depuis plusieurs décennies de la contamination par les PCB et les insecticides, notamment.

« À cause des risques existants et à venir, un plan coordonné de gestion et de réhabilitation des sites pollués en Arctique est indispensable pour préserver les populations autochtones et l'environnement », affirment les auteur du rapport.

Source : Rue Frontenac, par Louis Mathieu Gagné.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire