L'Arabie Saoudite cherche de nouvelles terres agricoles - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/09/2009 à 11h14 par Tanka.


L'ARABIE SAOUDITE CHERCHE DE NOUVELLES TERRES AGRICOLES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
L'Arabie Saoudite cherche de nouvelles terres agricoles

Information recueillie par Tanka.

Afin de garantir sa sécurité alimentaire, le royaume va investir dans l'achat de terres étrangères.

Une demi-douzaine d'investisseurs saoudiens vient d'annoncer la création d'une compagnie d'investissements agricoles pour le début de l'année 2010, avec un capital de 2 milliards de rials (533,3 millions de dollars). Le capital de la nouvelle entité, International Agriculture and Food Investment Company (Agroinvest), sera issu d'un partenariat public-privé. Vingt-cinq pour cent du capital viendra de ses membres fondateurs, et le reste du Fonds public d'investissement du ministère des Finances, de fonds de pensions saoudiens et du public par l'introduction en bourse de la société.

« Agroinvest investira dans plusieurs projets afin d'assurer la sécurité alimentaire et de stabiliser les prix des aliments » du royaume, indique Usamah al-Kurdi, le directeur du Comité fondateur. Après l'envol des prix des produits alimentaires en 2008, le roi Abdullah avait placé la sécurité alimentaire au rang de priorité nationale.

Dans un premier temps, 500 millions de rials seront investit pour le développement de l'élevage de volailles et de l'aquaculture dans le royaume. Les investissements futurs seront dirigés vers l'acquisition de terres à l'étranger afin de cultiver du riz, du maïs, du blé et du soja, et pour permettre la création de projets agricoles locaux et d'infrastructures logistiques. Le royaume saoudien a d'ores et déjà identifié plusieurs pays susceptibles de répondre aux critères de sélection tels que la stabilité politique : Brésil, Vietnam, Indonésie, Philippines, Pakistan, Turquie et Ghana.

Un pré-requis, avant tout investissement, imposera au pays receveur de laisser à Agroinvest au moins 70 % de la récolte pour l'exportation vers l'Arabie Saoudite.

par Pascal Coesnon