L'apocalypse des changements climatiques : est-il trop tard ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/10/2009 à 14h26 par Michel WALTER.


L'APOCALYPSE DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES : EST-IL TROP TARD ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'apocalypse des changements climatiques : est-il trop tard ?

Information reçue par Michel

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l'argent ne se mange pas." (Proverbe des Indiens Cree du Canada)

Il est connu que du point de vue de la consommation en énergie fossile, les pays développés polluent pour plus de 70%. Ils ne représentent que 20 % de la population. De plus, la pollution se partage globalement en trois secteurs, l'automobile (35%), le résidentiel (30%) et l'industrie-agriculture (35%).

Ainsi, à titre d'exemple, 35 millions de voitures sont construites chaque année qui s'ajoutent au stock des 700 millions de voitures dont 250 millions pour les seuls Etats-Unis (deux voitures pour trois personnes) et à peine 30 millions de voitures pour la Chine (une voiture pour 60 personnes).

Chaque année plus de 25 milliards de tonnes de CO2 sont envoyées dans l'atmosphère, ce qui a pour conséquence l'augmentation de la température par effet de serre. D'après les rapports du Giec (organisme spécialisé dans le climat), si on ne fait rien d'ici 2050, l'augmentation de température dépassera les 2°C.

Les simulations de climat sur ordinateur nous montrent qu'il ne faut pas dépasser une teneur de 450 ppm (partie par million) de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Or, nous en sommes déjà à 382, contre 280 avant la révolution industrielle.

Le rythme actuel de plus 2 ppm par an résulte de l'émission annuelle de 7 gigatonnes de carbone. Le recours aux énergies renouvelables s'avère comme une nécessité qu'il faut mettre en oeuvre sans plus tarder, car les changements climatiques sont à nos portes et ce sont les pays les plus vulnérables qui vont le plus en pâtir du fait qu'ils n'ont pas les moyens de lutter contre les effets dévastateurs des ouragans, des inondations, de la sécheresse et des maladies qui vont nécessairement se développer.

Le jour du dépassement

La planète est surexploitée et chaque année ce qu'elle met à notre disposition est épuisé bien avant la fin de l'année. «Mardi 23 septembre 2008, ce fut «le jour du dépassement», le earth overshoot day de l'année.

La date où la population humaine a épuisé les ressources produites en un an par le mince manteau vivant qui enveloppe la Terre, la biosphère ou écosphère. Depuis, nous allons au-delà de ce que la planète nous offre, de sa biocapacité.

Comment identifions-nous ce mardi fatal si précisément? Pour le calculer, Global Footprint Reso compare le rythme auquel, chaque année, la nature produit des ressources - aliments, combustibles, etc. - et assimile les déchets, et le rythme auquel l'humanité consomme ces ressources et produit des déchets.

Quand nous excédons les possibilités terrestres, nous atteignons «le jour du dépassement». Le premier, selon l'ONG, est tombé le 31 décembre 1986. En 1996, il se situait début novembre. En 2007, le 6 octobre. Aujourd'hui, le 23 septembre. Et dans dix ans? Notre crédit terrestre s'épuise - après le crédit bancaire.».(1)

On l'aura compris : le malheur viendra des modes de vie dépensiers occidentaux, des politiques industrielles, des égoïsmes nationaux, de comportements que nous pourrions changer.

Selon le rapport 2008 de l'Agence internationale de l'énergie (World Energy Outlook 2008), nous passerons de 700 millions de voitures à 1400 millions qui rouleront encore au pétrole en 2030, émettant plus de 10 milliards de tonnes de C02 qui vont stationner dans l'atmosphère et mettront 120 ans pour disparaître.

Cette détérioration de plus en plus accélérée du mode de vie n'a pas jailli du néant. Elle a été consacrée par la nouvelle forme de colonisation du monde appelée indifféremment néocolonialisme ou postcolonialisme(.2)

Au moment où l'Allemagne annonce le démantèlement de ses centrales nucléaires d'ici à 2021, le réchauffement de la planète pourrait plaider paradoxalement en faveur de l'atome. Il ne fait aucun doute que l'uranium consommé par les centrales nucléaires dégage beaucoup moins de CO2 que le charbon, le pétrole ou le gaz.

La plupart des écologistes reconnaissent que l'énergie nucléaire répond au moins à l'un des deux critères du MDP, définis par le Protocole de Kyoto de 1997, en ceci qu'elle pourrait effectivement aider les pays industrialisés à réduire de 5% leurs émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2010. Ils soulignent toutefois, qu'elle ne saurait répondre au deuxième objectif déclaré du MDP : aider les PED à parvenir à un développement durable.

Les dix pays dont la part d'électricité venant du nucléaire est la plus élevée sont : la France (75%), la Lituanie (73,1%), la Belgique (57,7%), la Bulgarie (47,1%), la Slovaquie (47%), la Suède (46,8%), l'Ukraine (43,8%), la Corée du Sud (42,8%), la Hongrie (38,3%) et l'Arménie (36,4%).

Pour lire la suite, cliquer sur lien utile