Incroyable mais vrai : Les papillons et les poules rendent hommage aux leurs qui vont partir (vidéo)

L'agriculture biologique se développe à Gaza suite au blocus - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/06/2011 à 11h13 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'agriculture biologique se développe à Gaza suite au blocus

 
Afin de faire face à une insécurité alimentaire grandissante, les habitants de la bande de Gaza se dirigent de plus en plus vers l'agriculture biologique.

La bande de Gaza, longue d'une quarantaine de kilomètres, se situe sur la côte orientale de la mer Méditerranée dans le bassin Levantin au Proche-Orient. La principale ville en est Gaza et abrite un peu plus d'un million et demi de palestiniens.

Ce territoire est sensible et est isolé par un blocus israélo-égyptien qui restreint drastiquement les importations qui ne sont pas de nature purement humanitaire. Ce blocus a contribué à atteindre une situation particulièrement difficile avec 70 % de la population vivant en-dessous du seuil de pauvreté et plus de 60 % se trouvant en état d'insécurité alimentaire.

C'est pour cela que les Gazaouis se tourne peu à peu vers une agriculture biologique afin de récolter plus de fruits et légumes pour nourrir une population affamée. Une « révolution verte » semble se profiler dans la région dont l'intérêt pour cette agriculture sans pesticides et sans engrais a augmenté au cours de ces dernières années.

Il faut dire que les habitants n'ont pas eu trop le choix car, à l'occasion de la prise de pouvoir du Hamas en 2007, Israël a imposé un blocus total pour le territoire. Conséquences : de nombreux aliments ne peuvent plus entrer et les stocks de pesticides et d'engrais ont fondu à vue d'oeil. Les autorités israéliennes craignant que ces produits chimiques entrent dans la fabrication de roquettes utilisées pour bombarder Israël.

Selon le World Food Programme (WFP), 80 % de la population de la bande de Gaza est désormais dépendante de l'aide alimentaire internationale. Même si certains produits ont tout de même réussit à rentrer sur le territoire via l'ouverture du passage de Rafah autorisé par l'Egypte en avril dernier, la situation ne risque guère de s'améliorer car ce passage stratégique ne sera ouvert qu'à la circulation des personnes et non pas au trafic commercial.

Rareté et mauvaise qualité de l'eau

Beaucoup d'habitants se sont tournés vers l'agriculture par nécessité et produisent par la force des choses des aliments selon les préceptes de l'agriculture biologique.

Ainsi ils peuvent récolter entre autres des tomates, du persil, de la roquette, des oignons, de la laitue, des épinards irrigués au goutte à goutte avec de l'eau riche en nutriments provenant de marres dans lesquelles sont élevés des poissons. Les familles commencent donc peu à peu à pouvoir vivre de leurs récoltes voire d'en tirer un maigre bénéfice en vendant les éventuels surplus.

De plus, cette technique préserve les ressources en eau, qui se fait particulièrement rare dans la région en raison d'un déficit pluviométrique important, l'infiltration est effectivement assez faible car l'évapotranspiration et le ruissellement sont importants en raison du climat et les pluies sont généralement courtes et torrentielles. Historiquement, l'aquifère (couche de terrain ou roche suffisamment poreuse pour contenir une nappe d'eau souterraine), est la seule source d'eau du territoire.

Selon la Food and Agriculture Organisation (FAO), seulement 10 % des eaux souterraines de Gaza serait potable alors que l'agriculture capte 60 % des quantités d'eau disponibles.
 


 

A l'initiative de la Safe Agriculture Producers Society (SAPS), un projet pilote a été installé près de la frontière israélienne au nord afin de démontrer aux habitants l'intérêt de l'agriculture biologique, technique pour laquelle de nombreux agriculteurs étaient initialement réticents car ils avaient peur de perdre leurs récoltes s'ils n'utilisaient pas de produits chimiques.

Après des années d'utilisation massive de pesticides et autres engrais chimiques, le blocus a été une bonne occasion pour convaincre les plus récalcitrants selon Abd el-Munem, directeur du projet de la SAPS.

Selon le ministre de l'agriculture qui s'est confié à nos collègues du Guardian, la bande de Gaza essaie d'utiliser « des méthodes organiques et revenir à une agriculture traditionnelle ».

l agriculture biologique se développe à Gaza

2 à 3 % de l'agriculture à Gaza serait biologique

Dans le sud de Gaza, le mouvement Palestinian Environmental Friends (PEF), produit déjà localement des engrais biologiques. La technique est simple, une couche de déchets agricoles, une couche de fumier. Le PEF produit désormais environ six cents tonnes d'engrais par an dont la valeur est estimée à cent dollars la tonne (soit environ soixante-dix euros).

En revanche, il n'existe aucune certification biologique à Gaza. C'est pourquoi le Palestinian Centre for Organic Agriculture (PCOA), utilise plutôt le système Global Gap qui établit des standards dits volontaires dans les pratiques agricoles, y compris l'utilisation minimes des engrais chimiques.

Un an après la mise en oeuvre de ce système, le ministre de l'agriculture estime qu'environ 2 à 3 % de l'agriculture de Gaza est réellement certifiable comme biologique. Même si il est optimiste quant à l'avenir de l'agriculture biologique dans la bande de Gaza, il reste néanmoins prudent compte tenu de la situation politique instable du territoire palestinien.

Même si Israël a commencé à assouplir certaines restrictions sur de nombreux produits alimentaires et que quelques produits chimiques sont à nouveau disponibles sur le marché, les autorités s'appliquent à convaincre les agriculteurs des bienfaits de l'agriculture biologique pour la santé humaine mais aussi pour la sécurité alimentaire. Selon Mr Munem, le développement biologique doit se poursuivre car « le plus important pour la sécurité alimentaire est l'autosuffisance ».

 

Un article de Stéphanie Hugot-Lusignan, publié par ZeGreenWeb

 

Lien corrompu. Pour accéder à l'article, cliquez ici

 
Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Stéphanie Hugot-Lusignan

  • Lire les commentaires
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.