Pour mourir de rire: La NASA annonce la venue d'un O.V.N.I. - Brèves vidéos 2020 à gogo! Cliquez ICI

L'agriculture biologique prise au piège de la grande distribution - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/07/2013 à 10h49 par mich.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
L'agriculture biologique prise au piège de la grande distribution

 

Les produits biologiques ont envahi les rayons des supermarchés. Mais derrière l'étiquette « bio », on trouve aussi des gigantesques fermes, une main d'oeuvre sous-payée et sans droits, des aliments importés de l'autre bout du monde. Les produits chimiques en moins, le label bio en plus. Des dérives de « l'industrie du bio » dénoncées par le journaliste Philippe Baqué dans son ouvrage La Bio entre business et projet de société. Entrez dans les coulisses du nouveau business mondial.

 

Basta ! : On trouve de plus en plus de produits biologiques dans les rayons des supermarchés. Mais la surface agricole cultivée en bio stagne à 3 % en France. Comment expliquer ce décalage ?

 

Philippe Baqué : On assiste depuis 15 ans à un développement fulgurant de l'agriculture biologique. Environ 40 millions d'hectares seraient certifiés bio aujourd'hui dans le monde, selon l'Agence Bio (soit l'équivalent de l'Allemagne et de la Suisse, ndlr).

 

 

Les deux tiers de ces surfaces sont des prairies qui appartiennent à de grandes exploitations, où paissent des troupeaux qui pour la plupart ne sont même pas vendus en bio. C'est le cas en Argentine où 90 % des 4,4 millions d'hectares labellisés bio sont des terres consacrées à l'élevage de moutons appartenant à d'immenses fermes.

En dehors de ces prairies, la majeure partie des surfaces certifiées bio appartiennent à de grandes exploitations, spécialisées dans des monocultures d'exportation – soja, huile de palme, blé ou quinoa. Cette agriculture biologique certifiée se développe surtout en Amérique latine (+26% entre 2007 et 2008), en Asie (+10 %), en Afrique (+6 %), sur des terres où les habitants ne consomment pas, ou très peu, leurs propres productions.

Celles-ci sont exportées vers l'Europe, le Japon et l'Amérique du Nord. Cette agriculture bio reproduit le modèle économique agro-industriel dominant qui met les paysans du Sud au service exclusif des consommateurs du Nord et les rend de plus en plus dépendants.

 

Sur quelle stratégie commerciale se fonde ce « bio-business » ?

 

C'est une véritable OPA de la grande distribution, qui a vu dans le bio un marché qu'elle devait investir à tout prix. Aujourd'hui, en France, 50 % des produits bio sont vendus dans les grandes surfaces. C'est énorme ! Les hypermarchés basent leur stratégie sur la « démocratisation » des produits biologiques.

Cela se traduit par de grandes campagnes publicitaires, comme celle d'Auchan qui propose 50 produits à moins de un euro. Ce qui conduit au développement d'une agriculture biologique industrielle intensive, avec l'importation d'une grande quantité de produits à coûts réduits. La France est ainsi devenue importatrice de produits bio, après en avoir été exportatrice.

(...)

 

 

N'y a t-il pas un risque que le consommateur trompé se détourne des produits bio ?

 

Si cette logique se poursuit, les gens finiront par ne plus s'y reconnaître. On est très loin de l'esprit des fondateurs et de la charte de 1972 de l'organisation internationale de la bio (IFOAM), avec des principes agronomiques très forts, mais aussi écologiques, sociaux et politiques. Il était question de transparence, de prix équitable, de solidarité, de non-exploitation des pays du Sud, de fermes à taille humaine, diversifiées et les plus autonomes possible, de consommation de proximité...

Aujourd'hui, les cahiers des charges officiels de la bio ont totalement échappé aux paysans, même si les organisations professionnelles sont invitées à en discuter. Au final, ce sont des techniciens à Bruxelles, soumis à tous les lobbys, qui définissent cette réglementation. Et interdisent aux États d'adopter une réglementation plus stricte. Il y a un risque véritable que la bio soit totalement vidée de son sens.

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Sophie Chapelle, publié par bastamag.net et relayé par  

SOS-planete

D'autres articles passionnants sur bastamag.net

 

 

Arnaque au label bio : 350 produits chimiques et de l'extrait de glandes anales de castors dans l'arôme du sirop de fraise "AB" de Super-U

La vérité est sans nom !!! Bio et compagnie : le traitement honteux des animaux d'élevage

 

 

Boycotter Monsanto en famille cet été ? Un jeu d'enfant : voici les marques...

Cet été, retrouvez toute l'actualité de SOS-planete sur votre mobile

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Dimanche, 6901 visiteurs

 

Auteur : Sophie Chapelle

Source : www.bastamag.net

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter mich
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par jacques le 01/07/2013 à 22h25

Malheureusement il fallait s'y attendre, l'homme est encore tellement idiot !