L'Afrique, les OGM et le développement durable - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/04/2013 à 22h34 par Jacky.


L'AFRIQUE, LES OGM ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'Afrique, les OGM et le développement durable

 

Titre initial :
L'Afrique, les OGM et le développement durable : repenser les équations simplistes

 

Nouvelles terres de convoitise, les pays en développement concentrent désormais la majorité des surfaces cultivées avec des OGM. « En Afrique, elles ont augmenté de 25% en un an », rapporte Jeune Afrique, où elle atteignent désormais « 3 millions d'hectares, en augmentation de 25% », répartis entre le Soudan (coton), l'Afrique du Sud (maïs, soja et coton), le Burkina Faso (coton) et l'Egypte (maïs).

Objectif affiché par leurs promoteurs : lutter contre les sécheresses répétitives, les maladies des végétaux, les pénuries céréalières, la disette, bref la faim et la pauvreté.

Reste ce chiffre : 80 % des petits exploitants africains souffrent toujours de faim chronique, et de plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer cette équation simpliste : OGM = fin de la faim dans le monde. Une revue d'actualité de la Mission Agrobiosciences

Nouvelles terres de convoitise, les pays en développement concentrent désormais la majorité des surfaces cultivées avec des OGM. « En Afrique, elles ont augmenté de 25% en un an », rapporte Jeune Afrique, où elle atteignent désormais « 3 millions d'hectares, en augmentation de 25% », répartis entre le Soudan (coton), l'Afrique du Sud (maïs, soja et coton), le Burkina Faso (coton) et l'Egypte (maïs).

Objectif affiché par leurs promoteurs : lutter contre les sécheresses répétitives, les maladies des végétaux, les pénuries céréalières, la disette, bref la faim et la pauvreté.

Reste ce chiffre : 80 % des petits exploitants africains souffrent toujours de faim chronique, et de plus en plus de voix s'élèvent pour dénoncer cette équation simpliste : OGM = fin de la faim dans le monde.

Mais, on le sait, à l'épreuve du réchauffement climatique, de l'accaparement des terres, du déficit de démocratie et de recherche, le défi à relever pour l'Afrique sera long et forcément complexe.

Passera-t-il par un processus d'intensification durable -combinaison de savoirs traditionnels et de science moderne-, au sein duquel les petits exploitants deviendront acteurs de la recherche, en testant de nouvelles variétés et de nouvelles façons d'utiliser le sol et l'eau, tout en étant soutenus par des crédits accessibles ?

C'est ce que propose le rapport « Sustainable Intensification : A New Paradigm for African Agriculture » (L'intensification durable, un nouveau paradigme pour l'agriculture en Afrique) publié par le Panel de Montpellier, un groupe d'experts internationaux en matière d'agriculture, de développement durable, de commerce, de politique et de développement mondial.

Il est également suggéré que la communication entre les chercheurs internationaux et les petits exploitants locaux soit améliorée. Comment ? Simplement en rendant visite aux communautés affectées, en passant du temps dans les villages et dans les champs, à écouter et à apprendre.

Le temps de l'humilité serait-il venu ? Sans doute, mais aussi celui de « déboulonner un à un les boulons de la serrure qui empêchent l'accès à la cour des grands », comme le demande André Beaudoin, dans un billet publié sur le Blog de Farm.

Le Secrétaire général d'UPA Développement international y rappelle que, du fait de la colonisation, les filières coton, cacao et café sont mieux organisées que les filières vivrières qui, elles, n'ont pas eu droit aux mêmes égards, et ont même été boudées, si longtemps, par les pouvoirs publics.

 

Un article de agrobiosciences.org, relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Rédaction agrobiosciences.org

Source : www.agrobiosciences.org