L'Amitié, l'Amour, c'est bien là sur Terre ce qui nous forge, c'est bien là l'Essentiel !!!

L'Afrique du Sud pressée de vendre ses excédents de maïs - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/04/2010 à 22h38 par Apache.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'Afrique du Sud pressée de vendre ses excédents de maïs

L'Afrique du Sud, premier producteur africain de maïs, peut se féliciter d'une récolte record, en 2010.

Revers de la médaille, Pretoria doit à tout prix vendre ses excédents pour ne pas faire davantage chuter les prix aux agriculteurs.

Il y a quelques jours, un cargo chargé de 40.000 tonnes de maïs OGM sud-africain était bloqué au port de Mombassa, au Kenya.

L'expédition, confiée à un importateur français, aurait été autorisée par Pretoria en l'absence des tests anti-contamination qui sont de règle, selon la Coalition kenyane pour la biodiversité qui a contesté le débarquement.

Pourtant, le Kenya est, en 2010, la première destination du maïs sud-africain.

Mais autant en 2009, ce pays était condamné aux imports et même à l'aide alimentaire du fait de la sécheresse, autant en 2010, la récolte de maïs kenyan est généreuse.

La susceptibilité vis-à-vis des manquements sanitaires sud-africains n'en est que plus forte.

L'Afrique du Sud cherche fébrilement à exporter les 4 millions de tonnes de maïs qui lui restent sur les bras, et les expéditions sont de plus en plus impressionnantes au fil des semaines: il y a une dizaine de jours 44 000 tonnes de maïs jaune ont été expédiés en Malaisie, pendant que 12 000 tonnes de maïs blanc quittaient l'Afrique du Sud, dont la moitié pour le Zimbabwe.

Comme si l'Afrique du Sud était victime de sa productivité, après la conversion de pratiquement 80% des surfaces de maïs en espèces OGM, la récolte est pléthorique en 2010, un record depuis 1982 : près de 13 millions de tonnes, selon le gouvernement, qui a revu son estimation à la hausse ; 14 millions et demi de tonnes selon les céréaliers.

Or, 9 millions seulement seront consommés par les Sud-Africains, où le maïs est la nourriture de base.

C'est pourquoi les cultivateurs font du lobbying pour retirer du marché intérieur l'excédent, qui a déjà fait chuter les prix du maïs de 30% en 2010 sur le « South African Futures Exchange », la bourse locale du commerce.

A moins de 1 100 rands la tonne de maïs blanc livrable en juillet 2010, et à moins de 1 200 rands la tonne de maïs jaune, on est loin des 1 500 rands minimum que la profession agricole estime nécessaire pour commencer à tirer des bénéfices et financer la récolte de 2011.

La ministre de l'Agriculture semble consciente de la gravité de la situation : « Si l'excédent n'est pas vendu, cela va détruire la filière maïs dans notre pays, a-t-elle déclaré la semaine dernière.

C'est pourquoi nous avons sécurisé les débouchés à l'export : Le Kenya, le Programme alimentaire mondial et l'Egypte », a-t-elle ajouté.

Il semble que, dans la précipitation, toutes les garanties n'aient pas été prises pour assurer un bon accueil à toutes les cargaisons.

Source : www.rfi.fr - Claire Fages

Info recueillie par Apache

Le point sur les OGM

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Apache
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.