L'Amitié, l'Amour, c'est bien là sur Terre ce qui nous forge, c'est bien là l'Essentiel !!!

L'ADN génétiquement modifié passe entre les espèces vivantes - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/06/2010 à 18h30 par Apache.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
L'ADN génétiquement modifié passe entre les espèces vivantes

L'ADN génétiquement modifié passe effectivement entre les espèces vivantes.

La résistance aux antibiotiques n'est pas le seul risque" par le Dr. Mae-Wan Ho

Le Dr. Mae-Wan Ho corrige certaines idées fausses sur les risques de transfert horizontal de gènes à partir d'OGM et elle appelle à une révision urgente.

Ce raport a été transmis à l'EFSA, l'organisme d'évaluation des risques pour l'alimentation et la sécurité des aliments de l'Union européenne.

S'il vous plaît diffuser le largement, en gardant les liens intacts

Est-il "improbable" que les gènes de résistance aux antibiotiques des plantes génétiquement modifiées, puissent être transférés à des bactéries ?

L'absorption et l'intégration de l'ADN dans le génome des cellules, par le mécanisme de transfert horizontal de gènes - ont été examinées par l' European Food Safety Authority (EFSA), l'organisme d'évaluation des risques pour l'alimentation et la sécurité des aliments de l'Union européenne, en ce qui concerne la sécurité des gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques qui sont présents dans les organismes génétiquement modifiés (OGM) cultivés commercialement ou qui vont être mis sur le marché.

L'EFSA n'est pas parvenue à un avis unanime.

La Déclaration publiée [1] a reconnu les incertitudes scientifiques, mais affirme qu'il est « improbable » que les gènes de résistance aux antibiotiques dans les planres OGM présentent un risque pour la santé et pour l'environnement.

Toutefois, deux scientifiques de haut niveau du comité de l'EFSA travaillant sur le danger biologique, qui ont effectué l'évaluation en collaboration avec le groupe OGM/GMO, n'étaient pas d'accord avec la conclusion et ils ont émis un avis minoritaire qui est inclus dans une annexe à la communication.

La question clé est la probabilité que les gènes de résistance aux antibiotiques pourraient être transférés des plantes vers les bactéries.

Les deux scientifiques ont déclaré que les effets négatifs ne peuvent pas être évalués, et que la probabilité de transfert de gènes des plantes aux bactéries varie grandement "de peu probable à une très forte probabilité".

.../...

Une législation européenne de 2001 exige que des gènes de résistance aux antibiotiques, qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé humaine et sur l'environnement, soient éliminés d'ici la fin de 2004, tandis que la World Health Organisation, l'Organisation Mondiale de la Santé estime que les antibiotiques, risquant d'être inactivés par le gène de résistance dans la pomme de terre génétiquement modifiée, sont indispensables au traitement de infections graves comme la tuberculose.

Malgré les incertitudes scientifiques, la Commission européenne a délivré l'autorisation de la pomme de terre OGM ‘Amflora' en Mars 2010,

.../...

cette autorisation vient d'être accordée 13 ans après la première demande d'autorisation formulée par la société BASF pour une mise en culture commerciale dans l'Union Européenne.

L'importance de la kanamycine / néomycine

Le gène nptII contenu dans la pomme de terre génétiquement modifiée de BASF, code pour la résistance aux antibiotiques kanamycine et néomycine.

L'OMS considère la kanamycine et la néomycine comme des médicaments vitaux dans le traitement des maladies graves causées par des agents pathogènes présentant une résistance à de nombreux médicaments comme la tuberculose, alors que ces pathiogènes ne sont pas encore résistants à ces antibiotiques.

Si le gène nptII était largement répandu, la ‘deuxième llgne de défense', que constituent la kanamycine et la néomycine contre les infections mortelles, serait annihilée.

Une des justifications principales pour l'utilisation continue de certains gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques dans les OGM est que les gènes sont déjà monnaie courante dans l'environnement.

Par exemple, le gène bla codant pour l'enzyme bêta-lactamase, qui est présent dans un grand nombre d'OGM cultivés commercialement, semble être largement diffusé ...

.../...

L'ADN peut-il être transféré de la plante vers des bactéries ?

.../...

Oui : beaucoup de preuves ont été obtenues en laboratoire

.../...

Le tractus gastro-intestinal est un endroit stratégique, un ‘point chaud', pour le transfert horizontal de gènes

.../...

Une dissimulation inapropriée de l'ampleur réelle du transfert horizontal de gènes

.../...

Une expérience trompeuse citée par l'EFSA et par d'autres organismes de réglementation

.../...

Un transfert horizontal de gènes réussi n'est pas le seul risque, ni le risque principal

.../...

Conclusions

.../...

Pour lire la totalité de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Le point sur les OGM

.

Auteur : Administrateurs de yonne.lautre.net

Source : yonne.lautre.net

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Apache
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.