Il fallait ce choc: l'Humanité déboussolée par ce drôle de virus créé par l'opération du St Esprit ?

Kyoto : La Roumanie temporairement exclue du marché du carbone - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/08/2011 à 01h30 par Kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Kyoto : La Roumanie temporairement exclue du marché du carbone

 

Une commission onusienne a suspendu le droit de la Roumanie à participer au processus de transactions des quotas de CO2, en raison d'irrégularités dans leurs rapports d'émissions.

Le comité de contrôle du respect des dispositions du protocole de Kyoto, qui s'est réuni à Bonn pour une semaine, a découvert des « irrégularités » dans les données fournies par la Roumanie sur ses émissions de gaz à effet de serre pour 2010, et a conclu que l'inventaire national des émissions n'avait pas été correctement effectué.

« Peut-être que des mesures sévères conduiront à une information plus transparente », a confié à EurActiv Natalia Yakymenko, analyste chez Point Carbon à Kiev.

« Il est difficile d'évaluer si les projets de la Roumanie ont généré quoi que ce soit ».

Problème dans la procédure simplifiée

Le problème se situe au niveau de la « voie 1 » de la procédure simplifiée d'échange d'unités de quantité attribuée (UQA) des crédits carbone, dans le mécanisme de Mise en oeuvre conjointe (MOC) du protocole de Kyoto.

Les accords de la « voie 2 » sont contrôlés par le Comité de supervision de la mise en oeuvre conjointe. Les accords de la « voie 1 » sont toutefois des contrats bilatéraux réglementés uniquement par les anciens pays membres du bloc soviétique et les pays développés qui veulent compenser leurs émissions de carbone par leur biais.

La vérification des projets par un tiers est difficile lorsque des pays tels que la Roumanie « ne publient aucune information nulle part », poursuit Natalia Yakymenko.

Le CCNUCC ayant décrété que la Roumanie n'avait pas rempli les six critères d'éligibilité pour les échanges d'UQA dans le cadre de la voie 1, le pays ne pourra faire ses échanges que dans le cadre de la voie 2.

Transparence

Concernant la transparence de la Roumanie, Benoît Leguet, membre du Comité de supervision, a déclaré à EurActiv : « Je mentirais si je vous disais être pleinement satisfait ».

« Mais le vrai problème est que c'est tout le processus de [la voie 1] qui n'est pas transparent », a-t-il ajouté.

Dans certains pays, jusqu'à 75 % des crédits carbone, tels que les unités de réduction des émissions (URE), sont générés par les projets de la voie 1.

Lors de la dernière conférence des Nations Unies sur le climat à Cancún, le Comité de supervision a proposé de réunir les deux voies d'approbation des projets dans un système unique, a noté Benoît Leguet. Un accord n'a toutefois pas pu être conclu.

En décembre dernier, Bucarest avait espéré obtenir 1,5 million d'euros en vendant 300 millions de crédits carbone à deux entreprises japonaises, selon Laszlo Borbely, ministre roumain de l'Environnement.

Suspension avec effet immédiat

Mais la Roumanie a depuis été suspendue du marché des émissions de Kyoto, avec effet immédiat, jusqu'à ce qu'elle mette en place un système adéquat de suivi des émissions.

Le premier ministre Emil Boc a déclaré qu'il renverrait le directeur de l'agence de protection de l'environnement du pays. Il a également demandé des mesures pour que le pays puisse à nouveau échanger ses émissions dans les six mois.

« La Roumanie va préparer une version révisée de l'inventaire national et l'envoyer à la CCNUCC ; à partir de cette évaluation, elle demandera la réinstauration de son éligibilité dès que possible », a fait savoir le ministre de l'Environnement dans une déclaration.

Le 25 août, l'Ukraine, un autre pays d'Europe de l'Est, a également vu ses droits d'échange de quotas d'émissions suspendus, après que la CCNUCC a découvert que le pays avait sous-évalué ses émissions de gaz à effet de serre.

Kiev n'aurait semble-t-il pas tenu compte des précédents avertissements selon lesquels le pays n'était pas en conformité avec certaines exigences.

Oleksii Khabatuik, chargé de l'inventaire des émissions ukrainiennes, a affirmé que son pays ferait appel de cette décision.
 

Un article de Benoît Leguet, publié par EurActiv.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Benoît Leguet

Source : www.euractiv.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par geoff le 31/08/2011 à 08h09

C'est du chinois ou de l'hébreu tout ce charabia !!!!!
Le marché carbone ou comment s'autoriser de polluer en se donnant bonnes conscience tout en permettant à certains de s'enrichir au passage. Mieux vaut en rire tellement c'est pitoyable.