CLIMAT : Il n'y a jamais eu autant de CO2 dans l'atmosphère depuis 4 millions d'années !

Jouanno et les nanos, au Sénat - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/06/2010 à 08h36 par Olivier.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Jouanno et les nanos, au Sénat

« Il faut se réconcilier avec le progrès, en le maîtrisant, en le choisissant ». Ce 17 juin 2010, Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat chargée de l'écologie s'exprime avec clarté devant les sénateurs qui l'ont invitée pour une question orale sur les nanotechnologies.

« On se trompe quand on limite le débat aux risques, car le vrai problème est de savoir pourquoi nous voulons ces nanotechnologies ? »

Dans l'hémicycle Médicis du Sénat, c'est la première fois que les nanos occupent le devant de la scène. La secrétaire d'Etat insiste pour qu'on ne reproduise pas les erreurs du passé : « Les experts doivent éviter d'être en posture de défense cherchant à cacher les risques et il est primordial que l'on aprofondisse la question que tout un chacun se pose : quels sont les avantages pour la société ? »

Chantal Jouanno en convient : « La question centrale est celle de la gouvernance. Il faut être innovant pour associer le public et le Parlement afin qu'ils contribuent à l'élaboration des choix ».

Alors que le gouvernement prépare sa réponse au débat national réalisé par la Commission nationale du débat public (CNDP) après le bilan remis le 13 avril dernier, cette séance illustre une prise de conscience de l'urgence des problèmes posés par les nanos.

Au nom du groupe UMP qui avait demandé cette séance, le sénateur Louis Nègre a insisté pour que la France fasse pression sur la Communauté européenne pour la réalisation d'actions concrètes.

« Je suis étonné de voir que ces nanoproduits ne requièrent aucune autorisation préalable de mise sur le marché », a avoué ce dernier pointant l'état d'esprit incontournable des citoyens :

« La société juge facilement estimable de comprendre, soigner, protéger les ressources rares et l'environnement mais elle est beaucoup moins encline à valoriser la compétitivité, et encore moins le contrôle des populations. Tout dépendra des choix collectifs raisonnés que nous serons capables de mettre en oeuvre », conclut le Sénateur des Alpes maritimes.

L'incantation a pris un tournant de gravité quand Alex Turk, sénateur et non moins président de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a réitéré son alerte du 23 février, lors de la réunion de clôture des débats de la CNDP).

« Dans moins de dix ans, nous serons plongés dans une société où la liberté d'expression sera aliénée, avec des raports humains sous surveillance permanente. Avec un environnement électronique qui nous entend, nous voit, nous suit, nous connaît, toute intimité sera éliminée et de manière irréversible. Comme l'on doit protéger notre milieu biologique, il nous faut protéger le patrimoine qui garantit nos libertés ».

Pour relever ces défis, encore faut-il que les gouvernements et les citoyens puisent avoir prise sur des innovations invisibles, pervasives et sans traçabilité !

Ce point souligné par Marie Christine Blandin est l'unique levier politique. « Nous avons demandé que soit développée une nomenclature lors de la Loi Grenelle 2 mais cela a été balayé », souligne la sénatrice du Nord. « Tant que l'on joue sur les mots et que le flou est entretenu entre des formes diverses de nanoparticules, agglomérats, nanostructures, il sera impossible de clarifier ce dont on parle », insiste-t-elle.

Ce point semble en effet central pour s'entendre pour analyser les performances et les effets des nanoproduits.

Cet événement au Sénat survient alors que le Conseil national de la consommation (CNC) vient de publier son « Avis sur l'information des consommateurs sur la présence de nanomatériaux dans les produits de consommation ».

Fruit d'une intense activité d'un groupe ad hoc tripartite (associant industriels, pouvoirs publics et représentants des consommateurs) amorcée en septembre 2008 à la demande de Luc Châtel, cet avis recommande que « la présence d'un ou plusieurs nanomatériaux dans un produit de consommation doit être portée à la connaissance du consommateur ».

Il prône la mention de la forme « nano » à côté de l'ingrédient concerné sur les étiquetages, à l'instar du Règlement Cosmétiques (CE) n°1223/2009. Le CNC estime aussi « indispensable que les pouvoirs publics disposent de données fiables ».

Au plan européen, un groupe de travail chargé de mettre en oeuvre une adaptation du règlement Reach aux nanomatériaux (RIP-oN1) plaide pour des cadres réglementaires spécifiques. S.F. Hansen, représentant du Bureau européen des consommateurs (BEUC) dans ce groupe RIP-oN1 vient de publier un article qui préconise la création d'agences dédiées aux nanomatériaux pour évaluer les informations produites par l'industrie.

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur Source

 

SOS-planete

.

Auteur : Dorothée Benoit-Browaeys

Source : www.vivagora.org

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Olivier
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.