Josh Fox classé “terroriste” - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/03/2011 à 21h52 par Jacques.


JOSH FOX CLASSÉ “TERRORISTE”

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

Titre original : Josh Fox, réalisateur anti-gaz de schiste classé “terroriste”

 

Metteur en scène de théâtre et réalisateur de fiction, Josh Fox n'avait rien d'autre que sa caméra qui le prédestinait au documentaire.

D'une simple lettre d'une compagnie gazière reçue dans sa maison familiale de Pennsylvanie, havre de paix au bord de la rivière Delaware, il s'est immergé tout entier dans le cauchemar des gaz de schistes pendant un an et demi afin de comprendre ce qui arrivait à son pays. .../...

Avec un ami monteur, il a produit Gasland, documentaire politique, écologique et expressionniste sur une Amérique prête à sacrifier air pur, eau douce et santé humaine pour quelques mètres cubes de gaz de plus...

Devenu hérault de la lutte contre une industrie énergétique sans scrupules, il a présenté pour la première fois son film en Europe, en janvier dernier à Londres. En attendant l'arrivée de son film en France, Josh Fox a accepté de livrer à OWNIpolitics quelques détails sur sa mission d'intérêt général.

Comment a commencé le tournage de Gasland ?

Ca s'est passé exactement comme je le raconte dans le film : mon père a reçu une lettre qui nous proposait d'exploiter du gaz sur notre terrain. Il m'a demandé de “jeter un oeil à cette histoire” : la zone du haut Delaware n'est pas une zone d'exploitation d'hydrocarbure, c'est une magnifique région d'étangs où nous n'avions jamais rien vu de tel.

Bien sûr, les compagnies de gaz nous ont promis que nous ne les remarquerions même pas, que nous allions gagner énormément d'argent... et c'est ce qu'ils nous ont offert.

Mais mes voisins sont venus m'expliquer qu'ils avaient jeté un oeil au procédé, qui consistait à injecter des produits chimiques dans le sol... Bref, tout ça ressemblait à un énorme projet industriel et j'ai voulu savoir de quoi il en retournait.

Je suis donc allé à Dimmick, où ce genre de forage avait déjà eu lieu. Quand je suis revenu, je savais qu'il fallait empêcher que ça se produise chez moi et enquêter là-dessus parce que ça relevait du scandale national. Alors qu'au départ c'était juste un film pour informer mes voisins !

.../...

Quand avez-vous commencé à sentir de la pression de la part des entreprises exploitantes ?

L'industrie gazière a surfé sur le débat lancé par notre film : ils ont lancé une énorme campagne de publicité, qui à mon avis nous a beaucoup profité car elle a fait monter le buzz.

Ils ont été jusqu'à produire leur propre film, en copiant le style “caméra à l'épaule” du nôtre, ce qui est assez flatteur quand on y pense ! Mais leurs efforts se sont retournés contre eux au final : plus ils en faisaient, plus les gens se posaient des questions sur ce qui ne tournait pas rond...

Plus ils attaquaient notre film et plus ils attiraient l'attention sur notre initiative, aidant les gens à réaliser que leur défense ne tenait pas debout !

Vous avez tout de même été ajouté sur la Terror Watch List du Department of Homeland Security (ministère de l'Intérieur américain) !

Tout ce truc à propos de la Terror Watch, c'est le genre de chose auquel vous finissez par vous attendre : ces sociétés ont tellement d'argent et de pouvoir, c'est effrayant !

Mais c'est bien plus effrayant de perdre le travail d'une vie : cette maison en Pennsylvanie, mon père l'a construite de ses propres mains. Alors, au pied du mur, vous n'avez pas d'autre choix que de vous battre.

.../...
Pouvez-vous nous dire où en est la bataille dans votre région de Pennsylvanie ?

Nous venons de remporter une grande victoire : l'État de New York a voté un moratoire sur la fracturation hydraulique du fait des preuves qui sont sorties, c'est une première !

Pour en arriver là, il a fallu que nous donnions un exemplaire de Gasland à chacun des membres de l'Assemblée de l'État, ce qui fait quelques centaines, plus une à chacun des 70 sénateurs de l'État.

 

 

En Pennsylvanie, là où coule la Delaware River, c'est une autre affaire : l'État vient d'élire un gouverneur extrêmement favorable à l'exploitation des gaz de schistes, Tom Corbett, qui a reçu un million de dollars de l'industrie gazière pour financer sa campagne.

La commission du bassin du Delaware a approuvé plusieurs puits d'exploration, trois ont été forés et nous avons déjà constaté des signes de contamination de l'eau, l'un d'eux à quelques kilomètres de chez moi. Cela ne fait que plus nous motiver pour nous battre.

.../...

Pensez-vous être plutôt un réalisateur ou un activiste ?

Je suis un trouveur, je cherche la vérité, et je considère que le fait d'avoir une éducation vous donne des responsabilité.

Je suis directeur de théâtre mais j'ai du tout mettre de côté pour ce projet, à la grande déception de ma compagnie. Mais ils comprennent : je n'ai pas choisi cette bataille, c'est elle qui m'a choisi, en arrivant dans ma boîte aux lettres !

Actuellement, je fais tout ce qui est en mon pouvoir : des gens nous contactent du monde entier, chaque jour, pour nous demander de l'aide ou des conseils, de diffuser le film...

C'est le genre d'aventure qui ne vous arrive qu'une fois dans une vie, j'y investis donc tout ce que j'ai car c'est un danger mortel. Ce que je veux, c'est qu'on me rende ma maison, ma vie, ce sentiment de paix et de sécurité... Et s'il faut deux ans de campagne acharnée pour que ça s'arrête, alors je la mènerai et je sais que nous gagnerons.

 

Pour lire l'article en entier, cliquez sur "Source" ou "Lien utile'

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Rédaction owni.fr

Source : owni.fr