Jean-Louis Étienne. La banquise en ballon - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/03/2010 à 08h33 par frederic.


JEAN-LOUIS ÉTIENNE. LA BANQUISE EN BALLON

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Jean-Louis Étienne. La banquise en ballon

Jean-Louis Étienne s'attaque à un drôle de défi : la traversée en solitaire du pôle Nord en ballon. Une première.

Un survol de la banquise arctique de 3.500kilomètres pour «prendre le pouls de la planète». Une expédition pour attirer l'attention sur le réchauffement climatique. On s'envole avec lui.

Hier soir, il s'est envolé pour le Spitzberg.

Cap sur l'océan Arctique.

Vers le 10avril, le médecin-explorateur Jean-Louis Étienne s'envolera cette fois pour une véritable odyssée : la traversée en solitaire du pôle Nord en ballon. Un périple de 3.500kilomètres!

Depuis un an et demi, il a le vol en tête. «Je décolle et j'atterris plusieurs fois par jour!», a-t-il avoué hier au coeur du QG de vol, chez Generali, à deux pas du Stade de France, à Saint-Denis.

Le rêve va devenir réalité. Le voyage ne manque ni de sel ni de risques.

Jean-Louis Étienne a attrapé le virus de l'aventure il y longtemps, avec l'un de ses maîtres, Tabarly. Sa passion pour les pôles ne date pas non plus d'hier.

En 1986, il a tiré pendant 63 jours son traîneau pour atteindre le pôle. En 2002, il a dérivé quatre mois sur la banquise à bord du Polar Observer. Pour le troisième acte de cette trilogie, il va, à 63 ans, prendre les airs et de la hauteur. Il y a du Jules Verne dans tout cela!

Ce projet est un rêve, une réalité technique aussi. Sa traversée, Jean-Louis Étienne va la faire à bord d'une rozière, un énorme ballon mixte hélium-air chaud. Près de 30 mètres de haut, l'équivalent d'un immeuble de dix étages...

Jean-Louis Étienne va piloter l'engin. Pas en solitaire. Il sera guidé du sol par des «pros» passionnés, son routeur, Luc, et Christophe, le coordinateur de vol.

Notre aventurier va vivre dans une petite nacelle, moins de 5 mètres carrés. Hauteur sous barreau :1,50mètre. À bord, une banquette, une table de travail. Trois positions possibles: allongé, assis ou debout juste sous l'emplacement du dôme qui permet de surveiller les brûleurs...

Jean-Louis Étienne sait d'où il part. À peu près quand. C'est son routeur, Luc, «le magicien des vents», qui le décidera.

La traversée durera combien de temps? On ne sait pas. Huit, dix, douze jours... Les vents le décideront.

Il ne sait pas où il atterrira. En Sibérie? En Alaska?

Ce que l'aventurier sait, c'est qu'il ne s'envole pas pour rien. L'objectif du voyage est scientifique. L'homme des démesures va être aussi celui des mesures: en continu, il va transmettre des données sur le CO2, sur le champ magnétique terrestre, sur les particules en suspension dans l'atmosphère.

Jean-Louis Étienne veut avant tout attirer l'attention sur la régression de la banquise, sur le réchauffement climatique, lourd de conséquences pour la planète.

Il est médecin. Selon lui,«la terre a de la fièvre». En un siècle, la température moyenne s'est élevée de 0,8º. Rien de grave. Apparemment.

Quand la température d'un humain passe de 37 à 37,8º, on parle, dit-il, de petite fièvre, on «couve» quelque chose.

La terre en est là aujourd'hui, explique Jean-Louis Étienne. «Dans quelques décennies, le climat se sera réchauffé de deux degrés. Quand un malade passe à 39 º ou plus, il est plus que temps d'agir...».

Jean-Louis Étienne a déjà la tête dans les nuages. Les pieds sur terre pourtant. Il écoute sagement les conseils de Luc. «Tu dois dormir!».

Luc en a vu d'autres oublier de le faire. Le résultat? Leur lucidité aussi s'est envolée... Jean-Louis le jure : il dormira. Une heure ou deux. Quand il pourra.

C'est qu'il n'a pas envie de décevoir tous ces gamins, ces écoliers, ces lycéens qui vont vivre avec lui l'aventure par procuration. Il ne conçoit pas ce voyage sans partage. La transmission pédagogique est, pour Jean-Louis Étienne, logique. L'expédition en ballon a un sacré parrain, Zinédine Zidane, un autre as du ballon.
www.jeanlouisetienne.com

Par Catherine Magueur

Source : letelegramme.com

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Information recueillie par Frédéric

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........