Je ne veux pas être un numéro! Je ne veux pas être un numéro! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/03/2010 à 15h26 par Michel WALTER.


JE NE VEUX PAS ÊTRE UN NUMÉRO! JE NE VEUX PAS ÊTRE UN NUMÉRO!

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Je ne veux pas être un numéro! Je ne veux pas être un numéro!

Les implants de micro-puces, la surveillance et le contrôle de l'humanité par la technologie RFID sont déjà une réalité.

Le passeport biométrique, la carte électronique d'identité, le bracelet GPS, l'implant bio-politique, le collier électronique pour surveiller les enfants, les dispositifs d'identification à l'aide des fréquence radio (RFID – radio frequency identification device) et l'implant des micro-puces détectables par satellite sont quelques-unes des technologies qui menacent la liberté des êtres humains.

Présentés à la lumière attirante des innovations high-tech et justifiés par des arguments comme sauver les vies, protéger les enfants, sécuriser les magasins et les banques, réduire la bureaucratie ou un gain de temps, tous ces dispositifs ne poursuivent, en fait, que le contrôle strict de la population.

Dans un monde où la clé, le passeport et le porte monnaie n'ont plus d'utilité, les gens pourront être poursuivis et contrôlés partout où ils iront.

Depuis plus de dix ans il existe des avertissements quant à l'implantation des micro puces chez les êtres humains, mais ces informations ont été considérées par bon nombre de personnes comme de la paranoïa ou de la science fiction. Voilà qu'à présent tout cela est devenu réalité ; le nombre des gens implantés est arrivé à quelques dizaines de milliers.

Un monde „cyber-parfait”

Sur le site le plus connu d'achats en ligne, e-bay, on trouve à acheter des dispositifs RFID au prix variant entre 2 et 5 euros. Parmi les modèles disponibles on trouve le célèbre transpondeur EM 4102, modèle très ressemblant à la première puce implantable pour les gens, autorisée aux USA en 2005.

Après avoir réalisé une intense propagande en faveur des micro puces implantables, en affirmant que les célébrités implantent ce genre de dispositifs, voilà l'onde verte pour la vente de puces à grande échelle. Les journalistes qui se sont moqués de ceux qui avertissaient que les micro puces humaines seraient bientôt sur le marché, devraient s'éveiller à la réalité.

Plusieurs télévisions françaises ont annoncé à partir de 2005 que dans peu temps les documents d'identité qui contiennent les caractéristiques biométriques du possesseur (empreinte digitale, photo de l'iris et même un échantillon d'ADN) seraient obligatoires.

D'ailleurs, à partir du 25 mai 2005, l'ambassade de France de Bamako (Mali) a délivré les premiers visas électroniques. Dorénavant, ces visas seront appliqués à tous les passeports, appartenant aux personnes qui veulent entrer sur le territoire français, qu'il s'agisse d'un séjour touristique ou d'un voyage d'affaires.

Cette expérience qui fait appel à la biométrie a rapidement été adopté par six autres consulats de France (Algerie, Sri Lanka, Biélorussie, Chine, États-Unis et Suisse) et on prépare le terrain pour les micro puces.

En Australie, on a implanté d'office les micro puces chez le personnel bancaire, comme d'ailleurs chez les militaires. À Washington il y a quelques années, un programme pilote a été lancé pour les personnes sans abri. Celui-ci vise l'implant de puces sur les SDF (Sans Domicile Fixe), pour que la police et les assistants sociaux puissent les localiser et poursuivre leurs actions.

Selon les autorités, ,,c'est une occasion rare d'utiliser la technologie de pointe pour satisfaire deux objectifs de la société : mieux aider les défavorisés, en augmentant simultanément le degré de sécurité des villes.” En partant d'un nombre initial de quelques dizaines de personnes, le système peut facilement être étendu.

À partir de 2005, la deuxième phase du projet a été démarrée: la transmission wireless (sans fil), vers des bases de données centralisées, des informations sur la localisation des sans abri chez qui on a implanté des puces d'identité.

Le porte-parole de l'Association des personnes sans abri estime qu'aux USA il y a entre 2,3 et 3,5 millions de personnes dans cette situation et que ce système pourrait être facilement implémenté pour tous ces individus.

Nous nous sommes exprimés en faveur de cette idée, seulement dans les conditions où le programme inclut la protection de l'intimité,” ont affirmé les représentants de l'association. De quelle intimité peut-il être encore question ?!

Des implants neurologiques cervicaux aux implants cérébraux et aux nano-ordinateurs

(...)

de Violeta Bucur

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur Lien utile

Info sélectionnée par Mich

La puce RFID en poudre!