Israël pionnier dans la protection des animaux - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/01/2010 à 21h10 par Tanka.


ISRAËL PIONNIER DANS LA PROTECTION DES ANIMAUX

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Israël pionnier dans la protection des animaux

Information recueillie par Anny

Si ça pouvait encourager les Israëliens à traiter les Palestiniens, comme ils semblent vouloir traiter les animaux !

Le parlement israélien, la Knesset, a adopté le 06 janvier 2010 en première lecture, par 43 voix conte 9, un projet de loi important visant à interdire l'import de produits cosmétiques ayant été testés sur des animaux.

Ce n'est pas la première fois que les députés israéliens se mobilisent pour l'interdiction des produits ayant fait déjà l'objet d'expérimentation animale. En Mai 2007, Israël était presque la seule nation à interdire sur son sol les tests sur les animaux pour les produits cosmétiques et d'entretien. Avec la loi qui a été adoptée en dernière lecture par la Knesset le 21 mai 2007 et qui entrée en vigueur immédiatement, Israël a même été avance sur les pays européens ce qui a permit d'épargner entre 2000 et 3000 animaux sacrifiés chaque année pour tester ces produits.

Si l'Etat Juif veut aujourd'hui interdire l'importation de produits cosmétiques ayant été testés sur des animaux à l'étranger, c'est parce que d'autres pays européens (notamment la France) continuent de faire des tests monstrueux sur les animaux.

L'Expérimentation animale en matière de cosmétiques et l'utilisation de tous les produits chimiques pose un problème éthique en Israël. ) Pour tous les Juifs, religieux de tous courants, laïcs de toutes tendances, Israël se doit, en fait, de faire respecter les animaux et donner l'exemple au reste des pays civilisé .

Néanmoins en Occident les industriels soutiennent les tests sur les animaux dans l'industrie cosmétique. En France par exemple, le gouvernement est accusé de protéger L'Oréal et LVMH. Une directive européenne interdit pourtant, à partir de mars 2009, la vente de produits de beauté comprenant des ingrédients chimiques expérimentés sur des êtres vivants.

“Le lobby industriel de la cosmétique est particulièrement puissant en France, on le sait”, dit Muriel Arnal, de l'association française de protection animale, One Voice (20 000 membres). Paris avait déjà traîné des pieds pour signer, en 2000, la convention européenne sur la protection des animaux vertébrés, pourtant établie quatorze ans auparavant dans le cadre du Conseil de l'Europe.

Les militants français de la cause animale soupçonnent leur gouvernement d'être à la solde de l'industrie cosmétique nationale, avec, à sa tête, L'Oréal et LVMH. Face aux critiques, Paris défend fermement sa position, et affirme que cette directive stoppera l'innovation cosmétique, créera des distorsions de concurrence avec “des répercussions inévitables en termes d'investissements, de perte de compétitivité mais également d'emplois”.

Rappelant que les consommateurs français sont plus généralement contre l'expérimentation. En effet, selon un sondage Ipsos/One Voice, réalisé au début 2003, auprès de 1 016 personnes, 64 % des Français se disent défavorables à l'expérimentation sur des animaux. Cette réponse est intergénérationnelle, et partagée davantage par les femmes (70 %) que par les hommes (58 %). Plus de deux Français sur trois (76 %) fustigent le manque de transparence des méthodes de fabrication, et 73 % estiment que l'information est insuffisante. Enfin, 70 % des gens pensent que l'expérimentation animale n'est pas assez réglementée. Pour pousser les industriels à mettre en oeuvre les méthodes substitutives, l'arme du consommateur reste toujours efficace ; c'est son porte-monnaie. Il est tout à fait possible de boycotter les marques qui testent sur les animaux.

Pourtant, depuis dix ans, la plupart des fabricants, tels Clarins, L'Oréal et Lancaster, par exemple, ne se privent pas d'indiquer sur leurs étiquettes qu'ils ont cessé de tester sur les animaux la nocivité toxique ou irritante de leurs “produits finis”. Ils utilisent, à la place, des cellules cutanées et oculaires, des peaux reconstruites qui sont des tissus artificiels (mis au point par la recherche chez L'Oréal) et des cornées reconstruites à partir de cultures d'origine humaine.

Il existe aussi des marques qui ne font pas du tout d'expérimentation animale, ni sur les ingrédients ni sur les produits finis. Ces marques sont listées par l'association One Voice au lien suivant :

one voice

Le débat sur l'arrêt de la vente en Europe des cosmétiques dont les composants sont testés sur les animaux n'est pas récent. Une première directive (35/CE), adoptée le 14 juin 1993, fixait à janvier 1998 l'interdiction effective de vente.

Ftouh Souhail,


Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire