Internet va-t-il chauffer les villes l'hiver ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/08/2011 à 23h55 par Kannie.


INTERNET VA-T-IL CHAUFFER LES VILLES L'HIVER ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Internet va-t-il chauffer les villes l'hiver ?

Les datacenters génèrent énormément de chaleur

 

Microsoft réfléchit à l'utilisation de la chaleur dégagée par les centres de données pour le chauffage collectif.

Internet consomme énormément d'énergie, notamment de l'électricité utilisée pour alimenter les équipements et pour la climatisation de milliers de serveurs présents dans les centres de données (datacenters). Ces espaces gigantesques sont en plein essor depuis que la mode est à "l'informatique dans les nuages" ("cloud computing"). Le gaspillage d'énergie est monumental, et souvent dénoncé par les ONG de protection de l'environnement.

Microsoft a décidé de proposer un projet plus vert en évoquant, dans une étude réalisée conjointement avec l'université de Virginie, la possibilité de chauffer des immeubles d'habitation avec la chaleur des datacenters.

Les flux d'air issus de la climatisation des serveurs oscillent entre 40 et 50 degrés. Le transport de la chaleur n'étant pas aisé, l'étude propose de diviser les datacenters en groupes de quelques dizaines de serveurs, installés dans les sous-sols des immeubles à chauffer. Il faudrait alors les raccorder à Internet avec une liaison à ultra haut débit.

Conscients que la fibre verte des entreprises ne suffira pas à changer la situation actuelle, les chercheurs ont exploré d'autres arguments. Ils ont calculé que, pour chaque serveur, l'économie nette pourrait être de 280 à 324 dollars chaque année. Une somme qui devient intéressante si elle est multipliée par le nombre de serveurs. Avec ce système, "l'industrie high-tech pourrait doubler de taille sans augmenter son empreinte carbone", estiment les universitaires.

Nombreux défis

Le premier obstacle est celui de la maintenance. Les datacenters disposent d'équipes techniques prêtes à intervenir 24 heures sur 24, mais ne pourraient pas gérer des centaines de sites différents de façon aussi efficace. Un problème que les chercheurs proposent de résoudre en ayant des "correspondants" dans chaque immeuble, qui paieraient moins cher leur facture de chauffage en échange de quelques manipulations sur les serveurs.

Encore faut-il trouver des personnes compétentes. Autre difficulté : la chaleur générée par les serveurs deviendrait problématique en été, et une climatisation serait de toute manière nécessaire. Dernier obstacle majeur, et ce n'est pas le moindre : comment assurer la sécurité de données éparpillées sur des centaines de sites non surveillés ? Ici, pas de réponse simple.

Quoi qu'il en soit, l'idée de Microsoft et de l'université de Virginie devrait faire son chemin. Même si le plan n'est pas applicable totalement, il est possible de créer des débouchés pour la chaleur des datacenters, qui seraient désormais construits avec le souci qu'ils soient proches d'habitations ou de lieux à chauffer. Un peu à la manière des patinoires, de plus en plus souvent construites à côté d'une piscine, car la chaleur issue du refroidissement de la glace permet de chauffer les bassins.
 

Un article de Guerric Poncet, publié par Le Point.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Guerric Poncet

Source : www.lepoint.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Gaspillage