Internet changerait notre façon de penser - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/07/2011 à 22h33 par Mich.


INTERNET CHANGERAIT NOTRE FAÇON DE PENSER

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Internet changerait notre façon de penser

 

D'après une équipe de psychologues, nous cherchons désormais moins à nous souvenir d'informations que nous savons retrouver sur Internet ou sur un ordinateur. En revanche, nous faisons davantage l'effort de mémoriser l'endroit où se trouve l'information. Bref, on s‘adapte, comme chacun, d'ailleurs, l'aura remarqué...

« Marignan ? euh, non je me souviens plus mais c'est pas grave c'est sur le Web ». L'Homo sapiens a développé de nombreuses stratégies pour retenir des quantités énormes d'informations, un domaine où il excelle, comme par exemple, appendre en marchant ou aller dormir. Il viendrait d'en ajouter une autre : profiter d'Internet, où l'on trouve tout.

C'est ce que concluent Betsy Sparrow, de l'université Columbia, et Jenny Liu, de l'université du Wisconsin-Madison, dans un article qui vient de paraître dans Science et intitulé : Google Effects on Memory: Cognitive Consequences of Having Information at Our Fingertips, ou encore L'effet Google sur la mémoire : conséquences cognitives de disposer de l'information sur le bout des doigts.

Pour mettre en évidence cet « effet Google », les chercheuses ont placé des étudiants dans différentes situations où ils devaient mémoriser des informations. La première expérience a mis en évidence que les moteurs de recherche sont très présents à l'esprit dès qu'il s'agit de chercher une information. Les étudiants se voyaient interrogés sur des questions ardues de culture générale puis, immédiatement après, devaient réaliser des tests ultrasimples de reconnaissance de couleurs sur des mots.

Les temps de réponse étaient précisément mesurés et les auteurs démontrent que des mots liés à des moteurs de recherche, comme par exemple « Google » et « Yahoo », étaient interprétés plus rapidement. Conclusion des psychologues : ces mots-là étaient dans la tête des cobayes, et l'on peut en déduire que face à une question à la réponse inconnue, l'homme moderne pense d'abord à Google et à Yahoo.

 

 

La fin de l'apprentissage par coeur ?

Dans une seconde expérience, les étudiants devaient faire l'effort de se souvenir d'affirmations, du genre « une bande caoutchoutée est moins longue quand elle est refroidie ». À certains, il était précisé que l'information, qu'ils auront tapée eux-mêmes sur un ordinateur, serait conservée tandis que d'autres apprenaient qu'elle serait effacée.

Résultat : ces derniers s'en souviennent bien mieux... Quant à ceux qui savaient que les réponses seraient enregistrées, les auteurs de l'étude démontrent qu'ils se souviennent mieux du dossier dans lequel l'information est censée être sauvegardée que de la réponse elle-même.

Que peut-on conclure de ces conclusions qui n'étonneront personne ? D'après Betsy Sparrow et Jenny Liu, cette adaptation à l'informatique correspond à la « mémoire transactive », décrite par Daniel M. Wegner. Elle consiste en une forme de mémoire collective, où l'on se sert des informations que l'on sait connues de nos proches, conjoints, famille, amis ou collègues de travail.

Elle s'étend aux livres et, aujourd'hui, à l'ordinateur et au Web. Selon les auteurs, l'observation montre peut-être que tous ceux qui ont quelque chose à enseigner (professeurs, cadres d'entreprise...) ou à apprendre ont désormais tendance à davantage se focaliser sur la compréhension des mécanismes plutôt que sur les données brutes.

Verra-t-on la fin du par coeur ?

 

Un article de futura-sciences.com

 

Lien invalide

 

Cliquer ICI pour accéder à l'accueil de Futura Sciences

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de transmettre les meilleurs posts sur Facebook et autres réseaux sociaux.

 





Auteur : futura-sciences.com