Ils chassent le renard jusque dans les villes - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/11/2009 à 08h51 par Tanka.


ILS CHASSENT LE RENARD JUSQUE DANS LES VILLES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Ils chassent le renard jusque dans les villes

Information recueillie par Tanka.

Je n'ai jamais entendu dire que les renards s'attaquaient aux humains, maintenant, s'ils trouvent un bébé dans une poubelle, peut être que oui...Ils ne s'attaquent pas aux cultures non plus, ils mangent des rongeurs, et des volailles, et nos restes dans les poubelles, est-ce un crime ?

Attirés par nos déchets, les renards prolifèrent et entrent dans les villes où les chasseurs sont autorisés à les traquer de nuit. Nous étions en patrouille avec eux.

La nuit vient de tomber, les chasseurs sont prêts à traquer l'ennemi : le renard. Animal classé nuisible car porteur de maladies mortelles, le renard est devenu un réel problème dans l'Oise tant l'espèce a proliféré. L'an dernier, 8 000 renards ont été tués mais ils continuent à envahir les abords des villages et même ceux des villes.

Cette nuit, ils seront quatre à patrouiller à bord d'un 4 x 4 équipé d'un gyrophare vert et de deux lampes d'une portée de 400 m, pour les débusquer. Guy Harlé d'Ophove, lieutenant de louveterie, a l'agrément de la préfecture pour ces opérations délicates.

Mercredi, le lieutenant de louveterie, également président de la fédération des chasseurs de l'Oise, était à Jonquières.
Jean-Claude Dutemple, président de la société de chasse du village, l'a appelé à l'aide. « Depuis que les agriculteurs ont fait leurs moissons, je n'ai jamais vu autant de renards. Il faut faire quelque chose. » Aussitôt dit, aussitôt fait.

Il est 20 heures. Le 4 x 4 démarre à la recherche de cet animal opportuniste qui aime par-dessus tout nos poubelles. La nourriture y est variée et il n'a pas besoin de chasser.

« Eux aussi, ils vont au McDonald's »

Avec leurs lampes, les chasseurs balayent les bords des routes et des villages. Les grands faisceaux lumineux éclairent les champs pour capter le regard de l'animal. Guy Harlé d'Ophove est prêt à tirer. Soudain, deux petites billes fixent les chasseurs à quelques mètres de là. Ils marquent un temps d'arrêt, éclairent la bête et procèdent à son identification. « Dans la nuit, les renards ont des yeux orangés très brillants ; les lièvres ont les yeux rouges ; quant aux chevreuils, ils ont des yeux bleus très espacés. » Vérification faite aux jumelles, c'est bien un renard. Un chasseur fait feu, et le renard s'écroule. Il sera récupéré le lendemain, et la queue, preuve ultime, sera apportée à la fédération.

Le 4 x 4 repart dans les villages alentour. Armancourt, Arsy, Le Meux, Canly et la zone commerciale de Jaux sont passés au peigne fin. Car les renards apprécient particulièrement les poubelles des restaurants de cette zone d'activités. « Les renards eux aussi vont au McDo », plaisante Eric Lhirondelle, chauffeur attentif, qui doit anticiper tous les gestes de Guy Harlé d'Ophove. Cette nuit-là, le renard s'est méfié. « La lune est lumineuse et le brouillard ne nous aide pas », reconnaît Guy Harlé d'Ophove.

Malgré tout, la patrouille a tiré cinq renards sur dix aperçus. Au cours de leur périple, ils ont également croisé la route d'une douzaine de chevreuils.

Il est 23 h 30, l'heure de rentrer. Le renard se fait rare cette nuit... Mais, non loin de la maison de Jean-Claude Dutemple, l'un d'eux pointe le bout de son museau. Ce sera le dernier tir réussi de la soirée.

Stéphanie Forestier - Le Parisien

Pour en savoir plus sur la situation planétaire