Il faut sauver les Indiens Huichols - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/01/2012 à 20h35 par Mich.


IL FAUT SAUVER LES INDIENS HUICHOLS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Il faut sauver les Indiens Huichols

 

Plaidoyer. Au Mexique, une compagnie minière canadienne menace la montagne sacrée de ce peuple. Indigné, le Prix Nobel de littérature J.M.G. Le Clézio écrit au Point.

 

L'Histoire bégaie, on le sait. Parfois, il y a tellement d'insupportable dans ce bégaiement qu'on ne peut l'accepter.

Le génocide amérindien fut organisé pour une grande part à cause de la convoitise des conquérants pour l'or et l'argent, chose tellement incompréhensible pour les habitants du Nouveau Monde que certains (les Purepecha du Michoacan) se posèrent même la question : "Assurément, ces hommes doivent se nourrir de ces métaux pour les désirer à tel point."

Pour eux, ces métaux étaient "l'excrément du Soleil et de la Lune" et ne servaient qu'aux objets de culte.

Depuis 2009, la compagnie minière canadienne First Majestic Silver, spécialisée dans la prospection des métaux précieux, a pu racheter 22 concessions à l'ouest de l'Etat de San Luis Potosi, dans le nord du Mexique, dans une montagne nommée Cerro Quemado, près de la station de chemin de fer Real de Catorce.

Cette montagne est depuis toujours le lieu mythique pour les Indiens Wixaritari - plus connus du grand public sous le nom de Huichols - où ils s'approvisionnent en peyotl pour leurs cérémonies de divination thérapeutique et leurs rituels liés au culte du Soleil.

 

 

L'Histoire ici bégaie outrageusement : au XVIIIe siècle, les Huichols furent au centre d'une révolte contre le pouvoir colonial espagnol, car leur territoire était envahi par les prospecteurs - comme dans le cas de la ruée vers l'ouest, des aventuriers et des hommes de main de toutes origines, attirés par la perspective de riches filons.

A la fin du XIXe siècle, un métis du nom de Manuel Lozada organisa une autre révolte pour défendre l'autonomie des peuples habitant l'Etat du Nayarit - Coras et Huichols -, et sa défaite sonna le glas de la relative liberté que les Indiens avaient acquise sur leur territoire.

Fragilisée par les divisions, la population autochtone figure aujourd'hui parmi les ultimes résistants de l'indianité dans un monde de plus en plus conformiste et matérialiste.

Le projet de la First Majestic Silver n'arrive pas par hasard. La crise économique mondiale a donné un regain de popularité à la valeur refuge que constituent les métaux précieux. Mais la prospection et l'exploitation des anciens filons ne peuvent se faire actuellement que dans des conditions d'extrême agressivité : recherche en profondeur, éventration à la dynamite, utilisation de polluants (mercure et cyanure), rejets de boue contaminée qui mettent en danger la nappe aquifère.

Partout dans le monde de tels projets sont combattus par les associations de protection de l'environnement - comme cela fut le cas récemment en France avec le projet minier de Salsigne (Aude), stoppé par les militants.

Cause juste. Que restera-t-il de la montagne sacrée des Huichols après de tels outrages ? Même si éventuellement le filon est abandonné faute de rentabilité (ou parce que le cours des métaux sera retombé), le mal sera irrémédiable. La montagne où les Indiens se rendaient chaque année au bout d'une longue marche pleine de souffrance et de mysticisme sera devenue un lieu dévasté, fracturé, violenté.

 

 

Certes, l'on peut regarder tout cela comme l'énième épisode de la défaite du monde amérindien traditionnel et penser que, après le génocide perpétré au XVIe siècle par les conquérants, ce drame est le dernier souffle qui éparpille dans l'oubli des peuples déjà devenus fantômes.

Ce doit être, j'imagine, la réponse des ingénieurs et des dirigeants de la First Majestic Silver. Il y a quelques décennies, les compagnies qui éventrèrent le territoire des Indiens Navajos, au sud des Etats-Unis, ironisaient sur cette manie qu'ont les Indiens de considérer que le monde entier serait "terre sacrée".

Mais la question n'est pas, qu'on y réfléchisse, seulement celle des Huichols et du Cerro Quemado. Il ne s'agit pas d'affirmer un privilège exotique en vue de maintenir une poignée d'hommes dans leur droit, contre l'abus d'une compagnie minière nord-américaine - même si, de toute évidence, la beauté, la pensée et la justice sont de leur côté.

La question est de mettre un frein, chaque fois que cela est possible, à la rapacité des puissants exercée contre ce qu'il y a de précieux et d'unique - l'héritage, le respect, l'équilibre du monde -, mieux que des symboles, la substance vivante de notre commune humanité.

Nous devons tous soutenir la juste cause des Huichols et demander au gouvernement mexicain d'annuler l'autorisation d'exploiter le Cerro Quemado accordée hâtivement à la First Majestic Silver.

 

Un article de J.M.G. Le Clézio, Prix Nobel de littérature, publié par lepoint.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : J.M.G. Le Clézio, Prix Nobel de littérature

Source : www.lepoint.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • Huichols - 
  • indiens