Identification des sources du Bleu Maya - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/04/2012 à 10h44 par Tanka.


IDENTIFICATION DES SOURCES DU BLEU MAYA

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Identification des sources du Bleu Maya

 
Une fois de plus, la science et l'anthropologie se sont associés pour résoudre les questions relatives au fascinant pigment vivement coloré connu sous le nom de Bleu Maya. Imperméable aux effets de l'altération chimique ou physique, le pigment était utilisé en poterie, en sculpture et pour les peintures murales en Méso-Amérique tout au long des périodes classiques et postclassiques (250-1520 Après JC).

Il a en outre joué un rôle central dans l'ancienne pratique religieuse Maya ; cette peinture bleue inhabituelle était aussi utilisée pour enduire les victimes de sacrifices humains et les autels sur lesquels ils étaient sacrifiés. Depuis quelque temps, les scientifiques savent que le Bleu Maya est formé par la combinaison chimique de l'indigo et de la palygorskite, une argile minérale.

Mais ce n'est qu'aujourd'hui que les chercheurs ont établi un lien entre les savoirs des autochtones contemporains et les anciennes sources de la matière minérale. Dans un article publié en ligne dans le Journal of Archaeological Science, des chercheurs du Wheaton College, du Field Museum of Natural History, du United States Geological Survey, de la California State University Long Beach et du Smithsonian Institution, ont démontré que la palygorskite, composante de certains des échantillons de Bleu Maya, provenait des mines de deux endroits dans la péninsule mexicaine du nord du Yucatan.

Les recherches sur les sources de la palygorskite datent depuis la fin des années 1960.

Grâce à une combinaison de la recherche ethnographique et des analyses minéralogiques, Dean E. Arnold, professeur d'anthropologie au Wheaton College, et maintenant conservateur adjoint d'anthropologie au Field Museum, avait découvert que la palygorskite était bien connue des potiers indigènes de Ticul dans le Yucatán.

Les Mayas contemporains utilisent la palygorskite comme un élément clé de la poterie. Elle est également prescrite à des fins médicinales. Les connaissances autochtones s'étendent en outre aux sources de la palygorskite : les potiers extraient le minerai dans deux mines du Yucatán, l'une à Sacalum et l'autre près de la ville de Ticul à un endroit appelé Yo 'Sah Kab.

Dans le cadre de ses recherches, Arnold avait remarqué que les poteries et les anciens sites de la période Classique Terminale (800-1000 Après JC) correspondaient aux sources modernes. Cela suggèrait que les mines étaient utilisées par les Mayas comme sources pour la palygorskite.

Deux sites identifiés dans le Yucatan.

Toutefois, d'autres tests ont été nécessaires pour relier les mines actuelles de façon convaincante avec les anciens Mayas. Entre 1965 et 1997, Dean Arnold et Bruce E. Bohor de l'United States Geological Survey ont recueilli 33 échantillons du minerai dans la région du Yucatán.

Après une analyse minéralogique, il a été possible de différencier des échantillons de palygorskite d'après leur composition, ce qui signifiait que la palygorskite dans les échantillons spécifiques de Bleu Maya pouvait être attribuée à des endroits spécifiques.

En 2008, Arnold et Bohor ont recueilli 167 échantillons de palygorskite supplémentaires dans cinq sites différents du Yucatan. Les analyses de ces échantillons ont ensuite été comparées à des analyses du pigment Bleu Maya se trouvant sur de la poterie provenant de Chichén Itzá et Palenque au Yucatán.

L'analyse a confirmé que tous les échantillons de bleu Maya de l'ancien site maya de Chichén Itzá contenaient de la palygorskite de Sacalum, tandis que les échantillons Bleu Maya de Palenque pouvait provenir de Sacalum, Yo 'Sah Kab, ou d'une autre source inconnue.

"En utilisant des techniques chimiques avant-gardistes de sourcing, nous avons récupéré des données provenant de collections détenues dans Le Field Museum depuis plus de 100 ans", a rapporté le directeur et conservateur du Field Museum Ryan Williams, "les données issues de cette étude fournissent des preuves concluantes que Sacalum était la source de la palygorskite utilisée dans le Bleu Maya de Chichén Itzá,".
 

Un article de maxisciences.com

D'autres articles scientifiques passionnants sur MaxiSciences

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Decouvertes rc

Source : www.maxisciences.com