Hulot répond à Allègre - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/10/2009 à 16h07 par Jacques.


HULOT RÉPOND À ALLÈGRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Hulot répond à Allègre

Information sélectionnée par Jacques

Dimanche dernier, dans nos colonnes, Claude Allègre n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Entre deux pavés dans la mare des écologistes, l'ancien ministre s'en prenait à Nicolas Hulot.

Celui-ci, qui compte depuis des années parmi les personnalités préférées des Français, n'a pas envie d'en rajouter, côté « petite polémique ». Les insultes, il laisse cela à d'autres. Mais sur le fond, Nicolas Hulot ne laisse rien passer. « La situation est trop grave. On assiste certes à une prise de conscience mais il faut aller plus vite et plus fort si on veut éviter le choc final. » Entretien avec un homme qui préférerait avoir tort, à la veille de son film « Le Syndrome du Titanic»

« Imbécile », « gourou de l'écologie » : parlant de vous, Claude Allègre y va fort...

Les injures, les mots blessants ne sont pas dignes de la complexité et de la gravité de la situation. Deux rapports établissent que les changements climatiques sont à l'origine de 300 000 morts par an. Vu d'ici, c'est peut-être très abstrait mais ailleurs, c'est tragiquement concret. Alors, bien sûr, j'ai ma sensibilité. Il y a des mots qu'on préférait ne pas recevoir. Mais finalement mieux vaut les recevoir que les prononcer !

Comme Claude Allègre, certains continuent de penser que les changements climatiques liés aux activités humaines tiennent de l'affabulation.

Un petit retour en arrière s'impose. Il y a une vingtaine d'années, au sommet de Rio, un faisceau de présomptions alertait la communauté internationale : il n'était pas exclu que l'humanité soit responsable de changements climatiques graves. ça paraissait tellement énorme que les hommes puissent altérer de grands équilibres a priori invulnérables !

Les politiques, incapables de trancher sur de tels sujets, ont alors créé un certain nombre d'organismes, dotés de moyens afin de nous éclairer. Le principal, le Groupement international d'études des changements climatiques, mobilisant des milliers de scientifiques dans plusieurs pays, a fait preuve d'une prudence quasi excessive. Attendant pour rendre ses travaux : ils ont non seulement confirmé les inquiétudes initiales mais les ont majorées.

Alors le profane que je suis, à l'image des citoyens et décideurs politiques, nous qui ne sommes pas des scientifiques – et ce n'est pas une tare ! – nous nous fions au verdict de ceux à qui on a demandé de trancher !

Et le verdict est sans appel...

C'est devenu un fait scientifique incontestable. Et j'aurais vraiment préféré qu'on se soit trompé ! L'humanité n'avait vraiment pas besoin de cette difficulté supplémentaire. Mais le diagnostic est là. On peut toujours se mettre la main devant les yeux car c'est trop lourd à porter. La réalité de la crise écologique et du réchauffement climatique se manifeste déjà et atteindra aussi nos sociétés dans un laps de temps très court et de manière radicale.

Pour ceux qui ne savent même pas de quoi demain sera fait, la crise écologique, c'est bien lointain.

J'ai bien conscience de la difficulté de la tâche et même de sa délicatesse.

Quand des gens comme moi, comme Al Gore et bien d'autres viennent parler, comme ça, à des gens qui ont faim ou qui sont au chômage, de crise écologique... « En plus de toutes vos difficultés quotidiennes, l'avenir de vos enfants est mis à mal par le réchauffement climatique. »

C'est tellement injuste. J'aimerais tellement ne pas avoir à faire cela. Y compris dans notre société, pays riche où la notion de richesse est très abstraite pour 80 % de nos concitoyens. Est-ce pour autant qu'il ne faut pas leur dire ?

Plus on réagira vite, plus ce sera supportable. A fortiori pour ceux qui sont déjà en difficulté.

On ne peut pas dire que la taxe carbone déchaîne l'enthousiasme...

Je suis le premier étonné que, vu la façon dont elle a été souvent présentée, on trouve des gens pour être d'accord ! Quand on demande à des citoyens plutôt en difficulté s'ils sont O.K. pour un nouvel impôt, qu'il se nomme taxe carbone ou contribution climat énergie, c'est non ! Mais si les gens ont un minimum de temps pour comprendre que cette taxe va, sous une forme ou une autre, se substituer à un autre prélèvement, ça change tout.

À terme, la fiscalité sur le travail va se déplacer sur la fiscalité écologique. On a fait un sondage à la Fondation [Nicolas Hulot] avec 15 000 personnes. Et une demi-heure de temps pour expliquer. Au début du sondage, la majorité était contre la taxe carbone. En fin de sondage, la majorité était pour.

Cette taxe est-elle telle que vous l'aviez souhaitée ?
Le plus important, c'est que le principe, la progressivité.....

Pour lire la suite, cliquez sur "lien utile"