HÉPATITE C: Une souris humanisée pour tester les traitements candidats - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/06/2011 à 22h26 par Mich.


HÉPATITE C: UNE SOURIS HUMANISÉE POUR TESTER LES TRAITEMENTS CANDIDATS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
HÉPATITE C: Une souris humanisée pour tester les traitements candidats

 

Ces scientifiques à l'Université Rockefeller et du Scripps Research Institute ont développé le premier modèle murin génétiquement humanisé pour l'hépatite C, une réalisation qui permettra aux chercheurs de tester des molécules qui bloquent l'entrée du VHC dans les cellules ainsi que des candidats vaccins potentiels. Des résultats rapportés dans l'édition du 9 Juin de la revue Nature.

Bien que le virus de l'hépatite C puisse infecter les chimpanzés, les scientifiques préfèrent étudier la progression du cycle de vie du virus et les traitements possibles sur des modèles animaux de petite taille. Ce nouveau modèle de souris est le premier à être développé avec un fonctionnement du système immunitaire similaire à celui de l'Homme.

«Notre modèle de souris génétiquement humanisée pour l'hépatite C va nous permettre d'approfondir l'analyse biologique de cet agent pathogène », explique l'auteur principal, Alexander Ploss, professeur assistant de recherche au Rockefeller. "Ce modèle animal petit mais robuste a le potentiel de jouer un rôle critique dans les essais en particulier pour la hiérarchisation des médicaments et des vaccins candidats."

Plusieurs années de recherche: Le développement de ce modèle de souris est l'aboutissement de plusieurs années de recherche par les scientifiques du laboratoire de Charles Rice et d'autres groupes de recherche. En 2006, Rice et ses collègues ont été les premiers à créer une souche de l'hépatite C en laboratoire, facilement cultivable et très contagieuse chez les animaux. Plus récemment, Rice, Ploss et coll. ont découvert que l'infection par le virus de l'hépatite C nécessite préalablement une molécule CD81 (Cluster of Differentiation 81 une protéine codée), un récepteur du virus (scavenger de classe B type I), ainsi que 2 molécules, la claudine 1 et occludine. Les chercheurs ont montré que ces éléments sont nécessaires au virus pour pénétrer les cellules de souris.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs ont testé l'introduction de certains de ces gènes précédemment identifiés sur des souris leur permettrait d'infecter les animaux avec le VHC. Les chercheurs ont comparé 2 groupes de souris: un groupe avec les 2 gènes, CD81 et occludine, un second groupe de souris “normales”. Ils constatent que l'expression de CD81 et occludine rend les animaux sensibles à l'infection par le VHC. Ploss et ses collègues ont ainsi mis au point un test de détection de la sensibilité à l'infection par le VHC sur des animaux vivants.

Dans le monde, plus de 130 millions de personnes sont chroniquement infectées par le VHC, un risque élevé de lésion grave du foie et de cancer du foie. Les traitements actuels ne sont que partiellement efficaces et ont des effets secondaires considérables et... le vaccin contre l'hépatite C n'existe pas.

«Ce modèle de souris est un premier pas vers une plate-forme de développement de traintements et de vaccins candidats."

 

Cette actualité a été publiée le 13/06/2011 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Rockefeller University

Source : www.santelog.com