Haro sur le Bisphénol S des tickets de caisse - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/08/2011 à 10h18 par Tanka.


HARO SUR LE BISPHÉNOL S DES TICKETS DE CAISSE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Haro sur le Bisphénol S des tickets de caisse

 
Le député Gérard Bapt, très actif contre le Mediator a un autre cheval de bataille : la lutte conte les dangers du bisphénol. Il s'inquiète notamment de la présence de ce perturbateurs endocrinien dans des tickets de caisse.

Il y a quelques temps, deux enseignes de la grande distribution, Carrefour et Casino, annonçaient avoir supprimé le bisphénol A (BPA) de leurs tickets de caisse.

Ce perturbateur endocrinien qui a beaucoup fait parler de lui notamment à cause de sa présence dans les biberons en plastique, est en effet utilisé lors de l'impression de ces reçus. De la poudre de BPA mélangée à l'encre bleu, noire ou encore violette sert à cette technique d'impression type thermique. Une bonne initiative de la part des distributeurs saluée à l'époque.

Seulement voilà, la Radio Suisse Romande révèle que les entreprises françaises ont remplacé le bisphénol A par un autre type de bisphénol : le S (BPS).

Or contrairement à son grand frère, il n'existe quasiment aucune étude sur ce type de bisphénol tant le BPA a retenu toute l'attention de la communauté scientifique. De quoi inquiéter le député-maire PS de Saint-Jean en Haute Garonne Gérard Bapt qui a écrit une lettre aux deux PDG des entreprises concernées.

Utiliser des gants ?

« Une information diffusée par la Radio Suisse Romande vient d'expliquer que votre enseigne, qui avait médiatisé votre initiative de santé, avait remplacé le bisphénol A par le bisphénol S », or, relève-t-il, le BPS a fait l'objet de beaucoup moins d'études que le BPA. Selon deux études japonaises réalisées en 2005 et 2006, même à moindre degré, le BPS est aussi « un perturbateur endocrinien » et se dégrade « beaucoup plus lentement que le BPA dans les milieux aquatiques », étant donc « plus persistant dans l'environnement ».

Le député, qui est médecin, leur « suggère » donc de rechercher un autre procédé chimique pour l'impression des tickets de caisse, « en utilisant des substances ayant déjà fait l'objet d'études scientifiques en terme de dangerosité ».

D'ici là, il préconise d'éviter que les caissières susceptibles d'être enceintes manipulent les tickets de caisse, de la même façon que les femmes enceintes doivent éviter les contenants alimentaires comportant du bisphénol (canettes, conserves, bouteilles...).

Les caissières pourraient donc être obligées de porter des gants pour se protéger.

 

Un article de l'Actu France-Soir, publié par France soir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Actu France-Soir

Source : www.francesoir.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • bisphénol