HAM (80) Une nourriture bonne et saine - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/11/2009 à 20h20 par Michel95.


HAM (80) UNE NOURRITURE BONNE ET SAINE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
HAM (80)  Une nourriture bonne et saine

Information recueillie par Michel95

Oui je sais, on en a déjà parlé mais il n'y a pas que devant la justice que l'on peut gagner!

Si vous avez une AMAP à côté de chez vous :

ALLEZ-Y! Votre santé et celle de votre famille n'en seront que meilleures et mon$endaube s'en mettra moins dans les poches...

C'est tout bénef pour la planète.

Une rencontre entre les AMAP, ces associations pour le maintien d'une agriculture paysanne, se tient ce samedi 21 novembre.

Connaisseurs et curieux sont les bienvenus pour s'informer et partager.

Manger sain devient une préoccupation majeure de beaucoup de Français.

Les AMAP - Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne - répondent en partie à cette demande.

Leur principe : créer un système d'économie solidaire, qui met directement en relation un agriculteur et un groupe de consommateurs.

« Les membres d'une AMAP achètent en début de saison une part de la production de la ferme, indique le trésorier de l'association de Ham, Benoît Walbrou, également secrétaire au sein de la Fédération des AMAP de Picardie.

Chaque semaine, dans un lieu convenu, ils remplissent eux-mêmes leur panier de légumes fraîchement cueillis. Il peut aussi y avoir des fromages, de la viande, des fruits et du pain selon les partenariats. »

L'agriculteur s'engage, lui, à cultiver sans engrais chimiques ni pesticides de synthèse, dans le respect de la nature, de l'environnement et de l'animal.
« Une éducation au goût et à l'environnement »

« Une AMAP, c'est la transparence des prix, un exemple de solidarité et également un acte militant, souligne Mickaël Évrard, le maraîcher bio qui fournit Ham et Margny-lès-Compiègne.

Les consommateurs sont heureux de manger des produits locaux, de qualité et de saison. Ils découvrent ou redécouvrent des légumes au fil des récoltes. » Navets, courges, radis...

Et puis, on est loin du simple rapport marchand. Loin du vendeur qui se dépêche de servir son client car il y a la queue à son étal.

« On a le temps de discuter et d'échanger des recettes, poursuit Mickaël Évrard.

C'est un moyen de restaurer du lien social, et ça permet une éducation au goût et à l'environnement.

Les gens se rendent aussi compte de la difficulté du métier de paysan. »

Enfin, contrairement à la grande distribution, les Amapiens accordent moins d'importance à la standardisation des aliments.

Tout ce qui pousse se déguste !

C'est à la fois très valorisant pour le cultivateur et très profitable pour l'acheteur, car le prix des denrées est diminué.

« Toute ma production est écoulée au travers des AMAP, se félicite Mickaël Évrard. C'est une chance. »

Ou comment soutenir un maraîcher du coin, tout en savourant des légumes appétissants et diversifiés.

KRISTELL MICHEL

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........